La Garde Impériale à la prise de Malakof (8/9/1855).

Extrait de l'ouvrage "La Garde" (Commandant Richard)

La Garde était destinée à agir comme reserve dernière et à frapper le coup décisif. Les régiments des grenadiers et des voltigeurs, sous le commandement direct du général Mellinet, reçurent l'ordre d'appuyer l'attaque des troupes de la division de la Motterouge.

[...]

A l'heure prescrite, la division de la Motterouge s'est élancée sur la courtine et s'y est établie sans pouvoir progresser du côté du petit redan. La position devient critique aussitôt., les Russes s'apprètent à nous repousser de leurs retranchements et à nous rejeter dans les fossés.C'est alors que la Garde entre en ligne..

Les Voltigeurs du 1er régiment franchissent avec ardeur les parrallèles encombrées des troupes de la division La Motterouge. Ils s'élancent impétieusement sur la courtine et chassent les Russes qui vont se réfugier derrière la deuxième enceinte de la place et dans les ouvrages intérieurs du petit redan.

Les deux premiers bataillons du 2e voltigeurs arrivent à leur tour, conduits pal le Colonel Douay. Bientôt les Russes sortent en grand nombre du petit redan pour chasser les voltigeurs de la Courtine. ceux-ci, dignes, héroïques, resistent à tous leurs furieux assauts.

[...]

Au 2e régiment de voltigeurs, le commandant Guyot est tué, le commandant Champion et le capitaine adjudant major Sommelier sont blessés mortellement, le lieutenant Girardin et le sous lieutenant Berger sont tués. Entouré par les Russes, le lieutenant Heutte se debarrasse à coups de sabre de ses agresseurs après un combat acharné. le voltigeur Palmié s'est élancé au devant de tous en brandissant son fusil, Mauchet le suit de près et s'arrête bientôt pour relever son capitaine blessé ; il le charge sur ses épaules et va le déposer à l'abri du danger. Retor, voltigeur, ne perd pas son temps : il encloue à lui seul 10 pièces de canon, une balle qui lui crève l'oeil droit l'arrête seule dans son travail
Les capitaines de la Ferrière, Charpentier, Donnève, Marque, Patoureau et Villemin ; les lieutenants Hébart, Collinet, Castel, Dumont, Garnier, Heute, Miallion, Patras, Thore ; les sous lieutenants Bourquin, Blum, Chadefaux, Donati, Lafon, Litzler sont blessés. Le 2e voltigeurs compte 5 officiers et 107 hommes tués, 23 officiers (dont 4 mortellement) et 558 hommes blessés.

Capitaine Jean Baptiste Donnève
Saint Cyrien (1847)
Blessé d'un coup de feu qui lui traverse le bras gauche en montant à l'assaut de la Tour de Malakov
Fait chevalier de la Légion d'Honneur ("a enlevé sa troupe avec energie - blessé")

Capitaine Charles Marque
Saint Cyrien (1848)
Blessé de deux coups de feu, l'un au ventre, l'autre à la jambe gauche
Fait chevalier de la Légion d'Honneur

Lieutenant Marie Henri Fortuné Patras
Contusion au dos par suite d'une explosion d'une poudrière

Sous Lieutenant Abraham Blum
Blessé d'un coup de feu au cou

Sous Lieutenant Clément Emile Chadefaux
Contusion à la tête et au côté droit par un éclat d'obus
et de deux autres à la jambe droite par des pierres

 

Le courage des soldats de la Garde est au dessus de tout éloge, il dépasse les bornes de la bravoure. Blessé une première fois, le sergent Keller, du 2e voltigeurs, s'adresse à un médecin major qui lui fait un pansement sommaire, et retroune immédiatement à la tête de sa section où il reçoit une seconde blessure.

 

Sous l'effort d'un nouveau retour offensif de l'ennemi, un mouvement retrograde s'était produit sur la droite de la courtine, la brigade des Grenadiers de la garde (1er régiment, colonel Blanchard, 2e régiment, colonel d'Alton), reçoit l'ordre de se porter en avant.

Les généraux Mellinet et de Ponteves conduisent eux même cette admirable brigade qui s'avance résolument dans le plus grand ordre, en colonnes par sections, à travers les 5e et 6e parallèles, sans être ébranlées par un feu très vif de mitraille et de mousquéterie. Deux bataillons du 1er régiment, sous les ordres du Lieetenant Colonel Gugnet sont placées en réserve dans la 6e parrallèle, avec injonction d'attendre des ordres impératifs du général Bosquet pour continuer leur marche en avant.
L'autre bataillon, conduit par le colonel Blanchard et le deuxième régiment, colonel d'Alton en tête, se déploient avec le plus grand calme pour se porter sur la courtine.
La compagnie du capitaine Normand forme la tête de la colonne d'attaque de ce régiment, elle sera durement éprouvée durant l'assaut.

Pendant le déploiement de la brigade, le général de Ponteves, atteint d'un éclat d'obus à la tête et d'une balle qui lui brise la colonne vertebrale, tombe sans connaissance.

Les grenadiers réoccupent une partie de la courtine abandonnée et se maintiennent couchés par terre sous le feu très vif de l'ennemi. Leurs pertes deviennent bientôt très sensibles : Le colonel Blanchard tombe grièvement blessé, le sergent Andréani se précipite à son secours et l'emporte dans la tranchée poursuivi par le feu de l'ennemi.

 

Georges Blanchard

Colonel du 1er régiment de Grenadiers, blessé au dessous du téton gauche par une balle qui lui traverse le bras et la poitrine.

Promu Général après la bataille

 

Le lieutenant Margaine du 1er régiment, atteint de deux contusions graves, et le sergent Noel du même régiment, blessé deux fois, refusent de quitter leurs postes de combat. Aux grenadiers, de nombreux officiers sont atteints.

Cependant, la partie de la courtine qui s'appuie à Malakof, protegées qu'elle est contre les retrours offensifs de l'ennemi, reste définitivement en notre pouvoir.

Le 2e régiment des grenadiers reçoit ensuite l'ordre de se porter vers la droite du petit redan où s'organise une nouvelle attaque contre l'ouvrage, sous la conduite du général Mellinet. Mais celui-ci est bientôt grièvement blessé lui même, un eclat d'obus lui fracasse la machoire.

"Sébastopol, le 15/9/1855.

Monsieur le maréchal,

Connaissant tout le bienveillant intérêt que vous avez constamment témoigné au général Mellinet, j'ai pensé que vous seriez heureux d'apprendre que la blessure qu'il a reçue à l'assaut de Malakof, à la tête de sa division, quoique très grave, n'est point mortelle, et que nous le considérons aujourd'hui comme hors de danger.Il a été frappé à la figure par un eclat d'obus qui lui en a fracassé toute une partie, mais n'a pas atteint l'oeil, très heureusement, de sorte que lorsqu'il sera guéri, il ne lui restera sur la joue qu'une belle cicatrice.

Entouré des soins et de l'affection de tous ses amis, le général va de mieux en mieux, mais il est encore bien faible.toutefois j'espère que d'icic quelques jours, il pourra lui même donner de ses nouvelles, ce qu'il aurait été bien heureux de faire aujourd'hui.

Lettre du capitaine Kieffer, aide de camp du général "Mellinet, au Maréchal de Castelanne.

Le général Mellinet
Photo Crémière (Paris)

 

Le 2e grenadier est exposé au feu de la place et des vaisseaux embossés dans la rade. Il éprouve des pertes sensibles. De ce côté il n'y a plus rien à tenter.

Les pertes de la brigade sont sensibles :

Au 1er Grenadiers : Les sous lieutenants Andin et Bellanger sont tués. Blessés, le colonel Blanchard, les capitaines Bazailles, Bocher, Campenon, Desmerliers, Douay, Henrion-Berthier, Pieraggi et Sisco. Les lieutenants Bertrand, de Bainville, Faveris, de Gastand, Lombard, Margaine, Pé de Arros, Piquet, Patissier, Reynal. Les sous lieutenants Delclos, Dulout, Jamotel, Ygrec et Rossignon.


Capitaine Campenon
Blessé d'une contusion au bras gauche par un eclat de bombe


Lieutenant Bertrand (ici général sour la République)
Blessé d'un coup de feu à la face postérieure de l'épaule gauche
Photo Daireaux (Paris)

 


Lieutenant Dulout
Contusion à la tête et plaie contuse à la jambe gauche par l'explosion d'une poudrière

Au 2e Grenadiers étaient blessés les commandant Ponsard et de Montfort, les capitaines Brunet, de Channoir, Bléton, Emmanueli, Groslambert, Moreau, Phalempin, Pendefer, Guimet, Roux, Tonne ; Les lieutenants Carthaud, Groslambert, Lemaitre, Pernot, Rousset, Vincent ; les sous lieutenants Ardouin, Bousquier, Cholleton, Chancenotte, Legros, O'Poise, Pélmoni, Simon, Vincent, Castaing et Binas de Bombarrat. le régiment comptait en outre 63 sous officiers et soldats tués, 15 disparus et 390 blessés.

Retour