L'INFANTERIE SOUS LE SECOND EMPIRE (1867-1870)

Sous officiers et hommes de troupe

L'uniforme de 1860 sucita de nombreuses critiques, notamment en raison de son inadaptation à la vie de campagne : les jambières blessaient les hommes et le shako était trop peu pratique.
Le 2/12/1867, un nouveau règlement fixe la tenue des hommes :
Tunique du modèle 1876 en drap bleu foncé à deux rangées de 7 boutons, avec jupe de 34 cm.
Collet et passepoils jonquille. Les attributs spéciaux des compagnies d'élite (voltigeurs et grenadiers) sont supprimés en janvier 1868, avec la suppression des ces compagnies. Dès lors, tous les hommes reçoivent les épaulettes ecarlates, qui sont portées sur la tunique et la capote. Parements droits, sans patte de parements.

La coupe du pantalon devient droite.

Sergent major Stieler - 94e RI
Il porte un prix de tir sur la manche gauche
Photo Courthéoux (Paris)

Le shako devient en feutre, il est rabaissé à 11 cm et il perd sa plaque. Le bandeau porte devant le numéro du régiment, avec un pompon portant le numéro de la compagnie. Un couvre shako en toile vernie est aussi porté. 
Un nouveau képi plus bas que le précédent est aussi mis en service. Il porte le numéro du régiment en drap garance.

La tenue de campagne redevient la capote à col droit arrondi, avec deux rangées de 6 boutons à écartement décroissant et le retour des épaulettes.


Tenue de campagne avec le képi


Photo Victoire (Lyon)


Soldat - avec couvre shako et capote

 


 


Deux soldats en tenue de campagne - avec le képi

 


Les officiers

Le 14/8/1867, ils percoivent une nouvelle tunique à deux rangées de 7 boutons, sans pattes aux parements. Un nouveau schako semblable à celui de la troupe est aussi distribué (à turban garance et bandeau bleu foncé), avec des tresses en or figurant le grade. Le schako peut être recouvert d'un couvre schako en toile vernie noire, orné du numéro du régiment en jaune. Les attributs aux collet (jonquille) sont supprimés.

L'armement des officiers est le sabre modèle 1855 (plus long pour les officiers supérieurs) et le pistolet du modèle des officiers de cavalerie.

Sous Lieutenant en grande tenue (avec schako)
Photo Durand (Lyon)

Capitaine en petite tenue
Photo Provost (Toulouse)


Schako avec couvre schako


Schako de grande tenue

 

Sous lieutenant en grande tenue
Photo Prévot (Paris)

Lieutenant Dieu du 80e RI
avec shako

 

      

Victor Pommier

 

De parents inconnus, abandonné nourisson devant la porte de l'hospice de Mezières le 15/5/1837 "vêtu d'un surtout de laine tricotée, d'un bonnet d'indienne à petites fleurs, d'un corset d'indienne à fleurs violette et d'une chemise", Victor Pommier s'engage en décembre 1855 au 90e régiment d'infanterie.

Après avoir servi en Algérie et durant la campagne d'Italie, il est nommé sergent major en février 1864. Il en porte ici à gauche la tenue de 1867, avec un chevron d'ancienneté reçu depuis 1866 pour sept années révolues de service (un chevron pour cinq années auparavant).

Il accède à l'épaulette de Sous lieutenant le 7/8/1869 et passe au 81e régiment d'infanterie en garnison à Paris et à Fontainebleau.
Il pose ici à droite dans sa nouvelle (petite) tenue, ayant perçu les épaulettes, le ceinturon et le sabre.

Le 81e régiment d'infanterie est engagé en 1870 à l'armée du Rhin et fait toutes les batailles autour de Metz.
Victor Pommier est grièvement blessé le 1/9/1870 à la bataille de Noissevile d'un coup de feu à la jambe gauche et d'un éclat d'obus à la tête. Il est fait chevalier le la Légion d'Honneur le 24 septembre.

Photos Gonelle et Prévot (Paris)

  

 

L'uniformes des chefs de musique suit aussi la réforme de 1867. Il portent désormais la tunique à deux rangées de boutons, mais portent les contre épaulettes et la lyre sur le collet.

 

Cousin, Chef de musique du 87e RI
Photo Baudon frères (Montpellier)

 

La tenue portée durant la guerre de 1870

Le 15 juillet 1870, la troupe part en capote portée sur la veste, ainsi que les schakos et les épaulettes. Le scahko sera remplacé par le képi dès le 30 juillet.

Le 15 juillet 1870, les officiers cousent sur leurs manches, au dessus du parement, des galons plats figurant leur grade. Un révolver, une besace ou des jumelles compléteront la tenue.

Sous lieutenant
Photo Butin (Paris)

Capitaine
Photo Subercaze (Pau)

Colonel
Photo Carette (Lille)

En opérations, la tunique se porte avec la capote roulée en sautoir (faisant apparaître la doublure rouge) et la ceinture de flanelle roulée autour de la taille, comme le décrit en juillet 1870 le capitaine Zédé, futur général de corps d'armée : "Je profitais du temps pour régler mes petites affaires personnelles. Je commençais par me vêtir des pieds à la tête d'effets neufs et je reservais les moins bons pour aller dans ma valise. Il faut agir ainsi en campagne, attendu qu'on est toujours exposé à perdre ses bagages et mieux vaut perdre le moins bon que le meilleur. Je mis dans ma valise une tunique, un pantalon, un képi, un col, deux chemises deux caleçons, quatre paires de chaussettes, six mouchoirs, deux serviettes, une paire de souliers de troupe avec des guêtres blanches, une petite trousse d'objets de toilette et rien de plus. J'achetais une tente et un matériel de couchage plus léger que celui que nous usions en Afrique, attendu que comme capitaine j'avais droit à quarante kilos sur la voiture à bagages de mon bataillon; je n'atteignis d'ailleurs pas ce poids, bien que j'eusse substitué à une couverture, une lourde capote en drap de soldat de cet excellent modèle dit Criméénne et qui me rendit bien des services à Metz. Je devais porter sur moi, en sautoir, mon revolver dans son étui, une capote en caoutchouc et une petite sacoche contenant de quoi écrire, une petite lorgnette, une carte, une boussole, un fort couteau et un mouchoir. "

Deux officiers subalternes
(Sous lieutenant de chasseurs et lieutenant de la ligne)
en tenue de campagne durant leur captivité
Photo Schurtz (Brème)

Sous Lieutenant Porte
Porte drapeau du 53e régiment d'infanterie
Peu avant son départ en campagne
Photo Rava (Gap)


retour menu