Camille Adlbert Marie de la RONCIERE le NOURY, né le 31/10/1816 à Turin  

 

Photo Disdéri (Paris)

 

 

 

Photo Disdéri (Paris)

 

Photo Disdéri (Paris)

 

 

 

Photo Disdéri (Paris)

 

Fils du général de la Roncière et neuveu du généralm le Noury qui lui laisse son nom et ses terres à Cracouville (Eure), il entre au service en 1829 (école navale).

Aspirant de 2eme (1830), puis 1ere classe (1832). 

Enseigne de vaisseau en 1834, il sert sur le brick La Capricieuse, puis en 1835 sur La Bonite détachée à la station du Brésil. Recommandé à un de ses parents, le capitaine de Vaisseaux de la Susse, il sert sous ses ordres sur Le Ville de Marseille, puis sur le Montebello. Après un temps au port de Toulon, il est nommé en fevrier 1838 second à bord du brick La Cigogne jusqu'en 1840. De 1840 à 1843, il sert sous les ordres de l'amiral de la Susse comme aide de camp sur le Montebello, puis sur L'Inflexible.

Lieutenant de vaisseau.en 1843, il est aide de camp du préfet maritime de Cherbourg. Il ecrit un ouvrage sur les navires à voiles et à vapeur de la France et de l'Angleterre.. En aout 1844, il est nommé aide major de la division navale de la Manche qui accompagne le Roi en Angleterre et assite aux fêtes de Portsmouth. En 1845, il est envoyé en mission en Angleterre pour six mois. De retour en France, il prend le commandement du cutter Le Renard chargé de protéger la pêche côtière. En 1847, il prend le commandement de l'aviso à vapeur La vedette destiné à stationner dans le Bosphore à la disposition de l'ambassadeur de France à Constantinople. Il rédige plusieurs mémoires sur les marines russes et ottomanes.

Capitaine de Frégate en 1851. Il est aide de camp de l'amiral de Chasseloup-Laubat, puis embarque sur La Ville de Paris, comme chef d'état major de l'amiral de la Susse. En juin 1853, il prend le commandement de la corvette à vapeur Le Roland. Envoyé en mer noire, il reconnaît le point de débarquement de l'armée française en Crimée, puis la baie de Kamiesh qui deviendra la base de ravitaillement de l'armée. Durant la guerre de crimée, il participe aux bombardements de la ville et aux convoyages des troupes et des blessés.

Capitaine de Vaisseau en 1855, il entre au conseil de l'amirauté. En 1854, il devient un des familiers du Prince Napoléon, cousin de l'Empereur. En 1856, il commande une croisière dans les mers arctiques avec le Prince à bord de La reine Horthense, il recoit la croix de commandeur de la LH. En fevrier 1857, il est nommé à la tête de la division de Terre Neuve, chargé de faire respecter l'accord franco anglais sur la pêche sur Le Gassendi. De retour n France, il est chargé en 1859 d'une mission diplomatique à Saint Petersbourg en préparation de la guerre d'Italie. Durant cette guerre, il est nommé au commandement de la flotille des canonnières, mais il n'est pas engagé avant la fin des hostilités. Fin 1859, il est nommé à la tête de la station navale du Levant (frégate La Zénobie) et il contribue à protéger les chretiens en Syrie et au Liban contre les exactions.

Contre amiral en 1861. Il est nommé chef d'état major au ministere de la marine et durant quatre ans il contribue aux expéditions en Indochine, au Mexique et organise la division cuirassée. En juillet 1865, il est nommé à la tête de la division cuirassée de l'océan, première force cuirassée homogène dont il organise les évolutions. Il est nommé GC LH en 1866.


Les officiers de l'escadre cuirassée au Portugal (1865)
1e Rang : Cmdt Pierre (chef d'EM), Amiral de la Roncière, Cvx Duperré
2e Rang : Cvx Lebris (Magenta), Desvarannes, Périgot
3e Rang : Baehm (Flandre), Bélégine

En décembre 1866, il reçoit la responsabilité du réembarquement du corps expéditionnaire du Mexique.

Vice Amiral en 1868, sa proximité avec le Prince Napoléon en disgrace l'éloigne d'un commandement actif. Durant la guerre de 1870, il est nommé à la tête de l'escadre des transports sous les ordres de l'amiral Bouët. En Aout, il reçoit le commandement en chef des marins armant les forts de Paris qu'il organise durant le siège jusqu'à l'armistice. Elu membre de l'Assemblée nationale en 1871, il est président de la commission de l'armée. En mai 1875 il reprend un service actif comme commandant en chef l'escadre d'évolutions dont il est relevé pour des raisons politiques. Sénateur en 1877.

Décédé le 14/5/1881.

Sa correspondance a été publiée

retour menu