L'Ecole Spéciale militaire de Saint Cyr

Créée par Napoléon 1er, l'école fut organisée à Fontainebleau en 1803. En 1807, l'Empereur voulant restaurer pour son usage personnel le palais de Fontainebleau songea à transporter l'école dans un autre endroit. Son choix se fixa sur Saint Cyr et le 1er juin 1808 l 'école spéciale militaire vint s'installer dans la maison royale de Saint Louis, fondée en 1685 par Louis XIV sur le désir de Mme de Maintenon dans le but d'éduquer les jeunes filles pauvres de la noblesse.


L'école spéciale militaire a pour objet de mettre en état d'entrer comme officiers, dans les rangs de l'armée, les jeunes gens qui se destinent à la carrière militaire. Les postulants doivent avoir entre 18 et 22 ans et réussir un concours d'entrée. Les candidats admis sont tenus d'accomplir, avant leur entrée à l'Ecole, une année de service militaire dans un corps de troupe aux conditions ordinaires. Ils souscrivent un engagement de 4 ans.
La durée des cours à Saint Cyr est de deux années.
L'école, commandée par un officier général, assisté d'un lieutenant colonel commandant en second, comprend un cadre d'officiers instructeurs et d'officiers professeurs. Les généraux ayant commandé Saint Cyr.
Les élèves perfectionnent à l'école leur instruction militaire et y recoivent une instruction générale consistant en cours divers : tactique et histoire militaire, topographie et géographie, administration et législation, morale professionnelle, artillerie et fortification, dessin et allemand.

La promotion du Sultan (1868)

Les officiers

Second Empire

Lieutenant professeur (1860-1861)
Photo Danguy (Paris)

Capitaine professeur (62-66)
Photo Cailliez (Paris)

 

Troisième République

En 1872, les officiers du cadre de l'école portent la tunique en drap bleu foncé (noir) du modèle général des officiers d'infanterie à deux rangées de 7 boutons. Le collet est en drap bleu de ciel, avec une grenade brodée en or sur écusson bleu ciel. Les galons sont en tresse dorée circulaire autour des manches. Pantalon en drap fin garance avec une large bande en drap bleu. Ils portent les aiguillettes.

l'état major et les professeurs de l'école en 1875
(cliquez sur l'image)

Comme couvre chef, le chapeau est porté jusqu'en 1883 (du type de celui des officiers d'état major, avec le plumet en grande tenue), ainsi que le képi (modèle des officiers d'infanterie, avec bandeau en drap bleu ciel). 

Rousset
Commandant le bataillon (1874)
Photo Franck (Paris)

Officier (tenue de 1873-1884)
Photo Simoneau Bourgeois
(Paris)

   

Léon Labiche

Né le 18/6/1846 à Angers, Léon Labiche est nommé Sous Lieutenant le 24/7/1870, alors qu'il est élève à l'école d'application de l'artillerie. Affecté au 4e régiment d'artillerie, il fait la campagne de 1870 à l'armée de Chalons et combat à Mouzon, puis à Sedan où il est blessé d'une balle qui lui provoque une contusion au cou.

A son retour de captivité, il est promu  Lieutenant le 14/9/1871.

En novembre 1873, il rejoint l'école de Saint Cyr  comme professeur adjoint de topographie, puis d'artillerie. Il y est nommé Capitaine en janvier 1874. Il quitte l'école en 1878 pour servir comme officier d'ordonnance de divers généraux d'artillerie, il sert au 17e régiment d'artillerie.

Promu officier supérieur, il sert comme sous directeur à Epinal, puis directeur de l'artillerie à Alger. Nommé Colonel, le 12/7/1900, il est nommé commandant en second de l'école d'artillerie de Fontainebleau et est nommé officier de la Légion d'Honneur. En 1905 il est colonel du 5e régiment d'artillerie et prend sa retraite l'année suivante.

Photo Franck (Paris)

En 1880, il est décidé que seuls les officiers du bataillon portent la tenue de l'école. Les autres officiers (du corps professoral) conservent l'uniforme de leur corps, en y ajoutant les aiguillettes et le plumet de grande tenue sur la coiffure.

En 1883, avec l'introduction du dolman, les officiers de Saint Cyr adoptent cette tenue, en conservant un collet en drap bleu, avec les grenades et les aiguillettes.

En 1893, les officiers prennent la tunique des officiers (en conservant le collet bleu ciel) d'infanterie et le schako.

Henri Paul Augustin Provost


Né le 12/11/1848 à Paris, il est Saint Cyrien  et a été nommé Sous Lieutenant le 1/10/1869. Il fait la guerre au 14e régiment d'infanterie et est contusionné par un eclat d'obus à la bataille de Sedan le 1/9/1870.

Après la guerre, il est nommé Lieutenant et sert comme officier d'ordonnance de généraux.

Breveté d'état major, il est nommé Capitaine en 1877. Après avoir réalisé des travaux topographiques en Algérie dans la province d'Oran durant sept mois en 1881, il est nommé à saint Cyr comme professeur adjoint de topographie de 1881 à 1885. Il sert ensuite dans divers régiments d'infanterie.

Chef de bataillon en 1892, il rejoint l'état major de l'école de Saint Cyr comme directeur des exercices d'infanterie, puis après sa promotion comme Lieutenant Colonel, commandant en second de l'école. Il est  et est nommé Chevalier de la Légion d'Honneur le 30/12/1892.

En octobre 1896, il passe au 4e régiment d'infanterie. Il est mort le 22/9/1898



Photo Marot (StCyr)

   

 

 

 

Les Tenues

Tenue de 1855 à 1860

Veste au collet bleu celeste avec pattes en fer de lance bleu de roi garnie d'un petit bouton. Les parements sont en pointe et passepoilés de bleu céleste. La veste ferme par neuf petits boutons et est ornée de brides d'épaulettes.

Photo Cailliez (Paris)

 

Tenue de 1860

La tunique est semblable à celle des officiers d'infanterie, boutonnant droit sur la poitrine par neuf boutons. Collet bleu céleste à angles arrondis avec grenades jaunes. Parements ronds et pattes bleu céleste passepoilée à trois boutons. La tunique passepoilée de la couleur tranchante tombe à 150 mm de terre l'homme étant à genoux.

Photo Calliez (Paris)
Collection Parpani

 

Entre juillet 1861 et fevrier 1862, la tunique est modifiée et croise sur la poitrine par deux rangées de boutons. Parements en pointe

Photo Calliez (Paris)

 

Tenue de 1863 à 1867 

La tunique est modifiée, le bas de la jupe est rallongé (tombe à 210 mm de terre à genoux), les parements sont en pointe, en drap bleu de roi passepoilés de bleu céleste. Ils sont taillés en pointe et fendus sur le coté fermés par deux petits boutons, l'un dans le parement, l'autre au dessus.

Aspirant Barry (1863)
Photo Artistique (Lille)

 

Tenue de 1867 à 1888

Les élèves recoivent la tenue d'infanterie en drap bleu foncé à deux rangées de boutons. Parements en pointe. Collet bleu céleste avec grenades en soie jaune. Pantalon garance à bandes bleu céleste. En aout 1871, les insignes impériaux disparaissent.

Photo Voisin (Paris)

 

Groupe de Saint Cyriens
Photo Porgeron (Fontainebleau)

 

Tenue de 1889 à 1892

Le collet de la tunique devient droit et bleu céleste. Un col blanc dépasse le collet de la tunique de 5mm. 

Photo Boscher (Paris)

 

Tenue de 1893

La tunique ample des officiers d'infanterie, à une rangée de boutons, est donnée aux saint cyriens.

Photo Messy (Nice)

Groupe d'élèves
(Cliquez sur l'image)

 

Quelques élèves identifiés

H.Pinchon (1876)
Retraité comme LtColonel
Photo Defonds (Paris)

E.H Brégy (1866)
Photo Franck (Paris)

Charles Merlin (1876)
Retraité comme chef d'escadron
Photo Franck (Paris)

JE. Dessirier (1861)
devenu Gl de division
Photo Camaret (Paris)

J.Vanderwalle (1862)
Mort à Morélia (Mexique)
au 1er zouaves
Photo See (Paris)

LJE. Labbé (1863)
Décédé comme capitaine en 1877
Photo Sée (Paris)

 

D'autres cyrards :

Les frères de Mac Mahon

 

Retour