Le 5e Régiment de Hussards

-

Historique sous le IInd Empire et le début de la 3e république

 

Le 5e régiment de Hussard (Lauzun) reçoit ses aigles à Paris en 1852.

Il est en Algérie de 1855 à 1858, en garnison à Sétif et Constantine. Ses 1er et 4e escadrons participent à deux colonnes de marche vers le sud algérien en novembre 1855 et atteignent les oasis du Souf, partie encore jamais atteinte par l'armée française. En 1856 le régiment est engagé lors de l'expédition sur les Babors, puis sur la Medjerdah. En 1857, il fait l'expédition de grande Kabylie, puis sur la frontière tunisienne.  

En 1859, au déclanchement de la campagne d'Italie, il rejoint le 1er Corps d'armée à Gênes. Le 5e hussards participe aux batailles de Montebello et charge à deux reprises à Solférino, d'abord en début de journée avec le 1er escadron, puis le soir en repoussant l'ennemi qui menace le 4e corps d'armée, y perdant 22 tués (dont son lieutenant colonel) et 38 blessés.

En 1862, le premier escadron est désigné pour fournir l'escorte du général commandant en chef l'expédition du Mexique. Il débarque à Vera Cruz le 24/9/1862. Il est renforcé du 2e escadron en janvier 1863. Les deux escadrons forment avec deux escadrons de chasseurs d'Afrique, le 2e régiment de marche qui participe aux opérations d'Oajaca et du Michoacan, puis se distingue à l'Hacienda Colorado le 13/6/1866. Le régiment revient du Mexique en 1867. 

Durant la guerre de 70, il est au 5e Corps d'armée et participe aux batailles de Beaumont et de Sedan. Le 5e escadron du régiment est à l'armée du Rhin et assiste aux batailles de Borny et Rezonville. Il s'illustre dans cette dernière bataille en protégeant le Maréchal Bazaine contre une charge des Houzards de Brunswick.

Le régiment retourne en Algérie entre 1878 et 1880.

   

Ernest Caternault

 

Né le 23/11/1829 à Cholet, Caternault est engagé volontaire au 1er régiment de chasseurs le 30/11/1848.

Les épaulettes d'officier lui sont accordées le 17/3/1855 et il est alors transféré comme Sous lieutenant au 5e régiment de Hussards. Il fait alors campagne en Algérie (d'avril 1855 à mai 1859), puis en Italie en 1859. Son escadron a l'occasion de charger les Autrichiens vers 4h du soir, mais ne peut entamer l'ennemi formé en carré derrière un petit bois. Après la charge, Caternault est chargé de ramasser avec son peloton les morts et le blessés, ainsi que les effets resté sur le champs de bataille.

Il est promu Lieutenant le 10/11/1860 et va servir un an à Saumur comme lieutenant instructeur. Affecté au 2e escadron, il embarque pour le Mexique le 22/1/1864 pour rejoindre le 1er escadron qui y sert déjà. En décembre 1864, il reçoit la croix de la légion d'Honneur pour sa participation au combat d'Etla ("16 ans de service effectif, sept campagnes, déjà proposé pour faits de guerre au combat de Cocuite"). Lors de ce combat l'escadron affronte héroïquement un ennemi très supérieur en nombre.

Fait Capitaine le 6/1/1865, il prend le poste d'instructeur au régiment - comme en témoignent ses galons bien visibles sur ces deux clichés, à gauche en petite tenue et à doite en grande tenue. Il revient du Mexique en mai 1865 et passe commandant d'escadron en 1868. Il meurt en fonction le 7/4/1869.

Photos Bertault (Angers)

   


Marie Anatole Odon de Montesquiou Fezansac.

Né à Paris le 11/2/1836, c'est le petit fils d'Anatole de Montesquiou, ancien aide de camp de Napoléon 1er, maréchal de camp en 1831, ancien député.

Il est Saint Cyrien de la promotion "Crimée Sébastopol" (1854-1856). Promu Sous Lieutenant le 1/10/1856, il est nommé au 5e régiment de Hussards qu'il rejoint en Algérie.

Lieutenant le 18/3/1863. Il sert comme officier d'ordonnance du maréchal Randon, ministre de la guerre, entre janvier 1864 et janvier 1867, ce qui explique les aiguillettes portées sur la photo ci contre.

Après avoir permuté au 4e hussards en 1867, il est promu Capitaine le 26/12/1868. Auparavant, il s'était marié avec Maria Bibesco, demi soeur de georges.

Démissionnaire en avril 1869, il reprend du service comme Chef de bataillon de mobile de la sarthe. Il reçoit la croix de chevalier de la Légion d'Honneur en décembre 1870.

Il meurt le 13/4/1872.

Photo Levitsky (Paris)

   


   

 

Maurice Marie Auguste Lucien Baudens

Né le 17/4/1846 à Paris, Baudens est sorti de Saint Cyr en 1866 comme Sous Lieutenant du 5e régiment de Hussards.

Après un passage à Saumur (photo ci contre à gauche en grande tenue), il est promu Lieutenant le 17/7/1870.

Au déclanchement de la guerre de 1870, Baudens est affecté au 2e escadron du régiment qui, chargé d'escorter un équipage de ponts vers Mezière, echappe ainsi au désastre de Sedan. Le 1/11/1870 il est compris dans la formation du 2e régiment de marche des Hussards formé à Poitiers d'escadrons des 4, 5, 6 et 7e régiments. Cette nouvelle troupe est affectée au 18e corps d'armée de la Loire et se dirige sur Beaune la Rollande le 20 novembre. Le 29 novembre, vers Montargis, Baudens commande une reconnaissance qui ramène un uhlan et un cheval prisonnier. Ce petit fait d'arme vaut tout de même inscription à l'historique de son régiment... Baudens finit la campagne de 1870 à l'état major du 18e corps d'armée et reçoit la Légion d'Honneur en mars 1871.

Après la guerre, il sert comme attaché militaire en Autriche durant les années 1872 et 1873. Adepte des tenues fantaisies, il se fait photographier ici à droite à Vienne (alors affecté au 2e Hussards) en arborant une tenue composite, très inspirée du second Empire. Il est promu Capitaine le 3/11/1872. Revenu en France, iI est breveté de l'école de guerre en 1877 et sert ensuite 7 ans en Algérie, notamment en commandant un escadron du 2e Hussards lors de la repression de 1881. Il s'y distingue le 5/11/1881 en appuyant les goums avec son escadron et en contribuant à capturer les troupeaux de l'adversaire. Il est nommé Chef d'Escadrons en 1883, à l'état major de la division d'Alger.

Colonel en avril 1894, il commande le 20e dragons pendant 3 ans, puis sert comme chef d'état major du 12e Corps d'armée, avant sa promotion comme Général de brigade. Il commande alors la 2e brigade de Hussards entre 1900 et 1908.

Il est mort en 1932, commandeur de la Légion d'Honneur

 

Photos le Roch (Saumur) et Emil Rabending (Vienne - Autriche)

   


Eugène Chollat Traquet

Né le 27/21/1844 à Saint Géoire (Isère). Fils de cordonnier, il est appelé au 12e régiment de chasseurs en 1865. Le 1/3/1867, il passe au 3e régiment de chasseurs et y est nommé brigadier en septembre. Il participe au corps expéditionnaire de Rome à la fin de l'année 1867 et y reçoit la croix de Mentana, médaille commémorative de la bataille ayant opposé les troupes du Pape aidées du corps expéditionnaire français, aux troupes de Garibaldi.

Revenu en France, il est fait sous officier en juin 1868 et fait la première partie de la guerre de 1870 autour de Metz. Evadé après la capitulation de la place, il est promu Sous lieutenant le 9/12/1870, au 9e régiment de cavalerie mixte, formé à Chateauroux le 22/1/1871 et fait la campagne au sein du 25e corps d'armée.

A la fin de la guerre, il reste au régiment, renommé 9e hussards, et ce jusqu'à sa nomination comme Lieutenant le 1/9/1877 au 5e régiment de Hussards.

En mars 1877, lorsque son régiment est envoyé en Algérie, en garnison à Orléansville, il est détaché au service des bureaux des affaires indigènes, comme adjoint de l'annexe de Fedj Mzala, dans la province de Constantine, puis à Bougie. Il passe en Tunisie en 1881 et y reçoit la médaille du Nicham Iftikar et est nommé chevalier de la légion d'honneur le 13/7/1881.

De retour en métropole, il se fait photographier à Vesoul, arborant ses trois médailles, arborant le dolman d'officier de petite tenue, en service entre 1881 et 1885.

Il sera nommé Capitaine le 13/7/1884 et retournera au 9e Hussards, puis en 1888 au 5e régiment de chasseurs d'Afrique.

Il prend sa retraite à la fin des années 80. Il est mort le 17/8/1918.

.

Photo Michelsen (Vesoul)

   


Les colonels du 5e régiment de Hussards

 

 Retour