LES CARABINIERS - Historique

 

Les deux régiments de carabiniers coexistent entre 1825 et 1865. Ils ne participent à aucune campagne durant le second empire et restent casernés en France durant toute cette période. Lors le coup d'Etat de Louis Napoléon Bonaparte en décembre 1851, ils campent sur les champs élysées et patrouillent sur les boulevards de Paris afin de dissuader les émeutiers.

Sous l'Empire, les deux régiments de carabiniers font régulièrement le service d'honneur auprès du chef de l'Etat, notamment lors du mariage de l'Empereur. Entre 1858 et 1861, la brigade des carabiniers est en garnison à Versailles et, sans faire partie de la Garde Impériale, elle figure dans toutes les revues et dans les rassemblements avec celle-ci. Dans ses mémoires, le général du Barail raconte que "le 1er régiment de carabinier passait pour un des plus beaux de l'armée française et il est certain qu'avec ses cuirasses de cuivre, ornées d'un soleil d'argent et ses casques à grande chenille rouge, il donnait un spéctacle théatral merveilleux et avait l'air de sortir d'une féérie".

En juillet 1861, une querelle s'étant élévée entre les carabiniers et la Garde et ayant dégénéré en rixe, les carabiniers sont punis et envoyés en garnison à Luneville.

En 1862, la brigade prend part aux manoeuvres du camp de Chalons et l'année suivante le 1er régiment est envoyé à Tours et le second à Vendôme. Durant trois ans, les régiments vont faire les délices de la société de touraine, le corps des officiers organisant chasses, bals et dîners...

En novembre 1865, les deux régiments de carabiniers sont fusionnés en un corps unique de la Garde Impériale : le régiment de carabiniers de la Garde Impériale. Le régiment prend alors garnison à Melun, sous le commandement du colonel de Gramont, précédemment chef de corps du 1er régiment de carabiniers.

Après avoir été en garnison à Saint-Germain, puis à Compiègne, le régiment entre en guerre en 1870, dans la divison de cavalerie de la Garde du général Desvaux. Il est peu engagé lors de la bataille de Gravelotte, puis doit subir le difficile siège de Metz et la capitulation.

En 1871, les carabiniers disparaissent et les troupes du régiment contribuent à former le 11e régiment de cuirassiers.

 

  

Félix Massue est né le 7/11/1811 à Paris.

 

Officier sorti du rang, il a servi au 1er régiment des chasseurs d'Afrique entre 1835 et 1854, y oeuvrant durant les heures héroïques de la conquête.

Felix Massue a la particularié d'avoir été, durant sa carrière, officier supérieur dans trois régiments différents de cavalerie de la Garde. Les cuirassiers (il y a été chef d'escadrons entre 1854 et 1856), les Guides (comme Lieutenant Colonel en 1860) et les Dragons de l'Impératrice (il en est le Colonel entre 1865 et 1868).

Il est nommé Colonel du 2e régiment de carabiniers le 5 juin 1861, lorsque le régiment quitte Versailles.

Durant son commandement, Massue va faire la joie de la société de Touraine. L'historique du régiment relate ainsi qu' "à Vendôme, le colonel Massue attaque successivement tous les châteaux du voisinage; son artillerie pour ces expéditions se compose de deux vieux canons trouvés à la mairie, son infanterie de tous les hommes qu'il ne peut mettre à cheval. Après quelques heures de lutte brillante, la place se rend et les assiégés, pleins de sympathie pour leurs vainqueurs, mettent leurs caves au pillage pour leur offrir des rafraîchissements."

Promu commandeur de la légion d'Honneur en septembre 1862, il quitte le régiment en décembre 1865.

Sa carrière est détaillée sur une page spéciale qui lui est consacrée.

Photo Daligny (Paris  

)


  

Marie Jean Arthur, Marquis Harouard de Suarez d'Aulan

 

Arthur d'Aulan est né le 24/5/1833. Saint Cyrien de la promotion "Crimée Sébastopol", il est nommé Sous Lieutenant le 1/10/1856 au 1er régiment de carabiniers.

Il est pris en photo ici à Livourne en 1860, pour son mariage avec la fille du maire de la ville et sénateur du royaume d'Italie. Peu après cet événement, il démissionne de l'armée en 1861.

En 1868, il devient écuyer de Napoléon III, membre de sa maison civile. Il suit l'Empereur lors de la campagne de 1870 et assite à ses côtés au désastre de Sedan.

Bonapartiste loyal, il assiste aux funerailles de Napoléon III en 1872 à Londres, puis il est élu député de la Drôme en 1876, mandat qu'il renouvelle aux éléctions de 1877 (après l'affaire du 16 mai), après deux invalidations successives. Il se représente sans succès en 1881, 1885 et 1889.

Il termine sa carrière comme maire d'Aulan et conseiller général.

Il est mort le 15/12/1915.

 

Photo Marzocchini (Livourne)


Victor Martinien Allemand

 

Victor Martinien est né le 13 février 1828 à Largentière en Ardèche. C'est le fils d'un armurier. Il s'engage au 6e régiment de lanciers en mars 1846, puis en 1854, il abandonne ses galons de maréchal des logis pour passer comme simple cavalier à l'escadron des Cent Gardes. Il y passe adjudant en 1857, année où il est décoré de la Médaille Militaire (le 8/10/1857).

Il est promu Sous Lieutenant au 2ème Régiment de Carabiniers (à Versailles) le 24 décembre 1858.

Nommé Lieutenant le 18/3/1863, c'est dans ce grade qu'il est pris en photo à Vendôme, en grande tenue, avec la cuirasse ornée du soleil et le fameux casque à chenille.

Il est muté au 4e régiment de hussards en décembre 1865 et sert en Italie de mars à décembre 1866 au corps d'occupation. Au déclanchement de la guerre de 70, il est Capitaine (depuis le 26 décembre 1868), servant comme capitaine d'habillement. Pour cette raison, il reste au dépot du régiment et ne participe pas activement à la campagne de 1870.

Après la guerre, il est nommé à la tête d'un escadron en 1872, puis reçoit la croix de chevalier de la Légion d'Honneur en 1874. Comme beaucoup de vieux officiers méritants sortis du rang, il termine sa carrière comme Chef d'Escadrons (nommé le 28 avril 1880) au 8ème escadron de cavalerie territoriale.

Il est mort le 4/2/1889.

 

Photo Yvon (Vendôme)

  


  

Lionel Charles Joseph Berthier, baron de Lasalle

 

Né le 6/7/1842 au Mans, c'est le petit neveu du maréchal d'empire Berthier et petit fils par adoption du général Lasalle, l'un des plus grand sabreur du premier empire, dont il tient son titre.

Saint Cyrien de la promotion du Mexique (1861-1863), il est nommé Sous Lieutenant en octobre 1863 au 2e régiment de carabiniers. Photographié en petite tenue de sous lieutenant en 1863, il porte le brassard noir en deuil de son père décédé au mois de mai précédent.

Il rejoint le régiment des Carabiniers de la Garde le 1/1/1866 et en mars 1867, il passe brièvement au régiment des dragons de la Garde Impériale.

Lieutenant le 24/12/1869, il fait la guerre au 11e régiment de dragons. Affecté au dépot du régiment à Thionville, il n'est pas engagé dans les premières semaines de la guerre, mais contribue à la défense de la ville lors du siège (d'aout à novembre 1870).
Après la guerre, il sert un an comme officier d'ordonnance du général Salignac Fénelon et il est nommé Capitaine le 26/7/1872, toujours au 11e régiment de dragons. Il passe ensuite au 25e régiment de dragons le 25/9/1875.

Promu Chef d'escadrons le 7/11/1884, il est nommé au 6é régiment de cuirassiers. Il prend sa retraite comme major du régiment en 1891, chevalier de la Légion d'honneur (le 28/12/1888).

Il est décédé le 11/12/1919.

Photo Gustave (le Mans)


  

Georges Maurice Olivier Marie de la Moussaye

Né à Paris le 20/4/1838, ce Saint Cyrien de la promotion de Solférino (1858-1860) est issu d'une vieille famille de la noblesse bretonne.

A sa sortie de Saint Cyr, il est nommé Sous Lieutenant au 2e régiment de carabiniers. Ce grand officier (ses états de service mentionnent une taille d'1m80) va ensuite suivre les cours de l'école de cavalerie, ce qui nous vaut cette photographie par Le Roch (à droite), photographe attitré de l'école de Saumur. On y distingue bien le grand sabre de cavalerie de réserve.
Sorti de l'école, il va prendre ses fonctions au régiment, servant notamment à Luneville vers 1862/1863, date du cliché de gauche où il figure en petite tenue, avec le chapeau de cavalerie et portant cette fois l'épée d'officier de cavalerie. Constatons que notre officier semble apprécier de poser les bras croisés...

En 1865, il passe au 3e régiment de chasseurs d'Afrique et y est nommé Lieutenant le 4/3/1868. Au déclanchement de la guerre de 1870, il est détaché à Saumur comme lieutenant d'instruction et rejoint son régiment à Toulon le 1er aout au 2e escadron. A Sedan, il charge lors de l'action du matin sur Illy, puis une seconde fois le soir. Lors de cette seconde charge, il est blessé d'une balle à l'épaule avant l'assaut, puis a un cheval tué pendant l'action et roule à terre avant d'avoir atteint la ligne des tirailleurs prussiens. Il est alors capturé sur le champs de bataille. Il sera décoré de la croix de la légion d'honneur pour cette action ("13 ans de services effectifs, cinq campagnes, une blessure").

Capitaine le 23/4/1872 au 22e régiment de dragons, il est promu Chef d'escadrons le 1/3/1879 au 26e régiment de dragons.

Lieutenant colonel le 29/7/1885 (au 1er régiment de chasseurs), puis Colonel le 25/9/1890 au 18e régiment de chasseurs, il est nommé Général de brigade le 16/3/1895 et commande la brigade de cavalerie du 9e corps d'armée entre 1895 à 1900, date de son passage au cadre de réserve comme officier de la Légion d'Honneur.

Il meurt en mai 1909.

Photos Langrené (Luneville) et Le Roch (Saumur)

  


Edouard Pierre François de Gapany

Né le 7/10/1832 à Vanvillers (Haute Saone), il s'engage comme cuirassier au 7e régiment le 10/9/1850. Il suit les cours de l'école de Saumur entre 1851 et 1853 et y est nommé successivement brigadier, puis maréchal des logis. Entre juin 1856 et mai 1858,  il abandonne ses galons pour être nommé Garde dans l'escadron des Cent Gardes, mais rejoint le 7e régiment de Cuirassiers à cette date.

Le 18/3/1863, il est promu Sous Lieutenant au 2e régiment de Carabiniers, devenu régiment des Carabiniers de la Garde en janvier 1866.

En octobre 1869, il permute et rejoint le 12e régiment de Dragons. Il y est promu Lieutenant le 16/7/1870, à la déclaration de guerre et fait campagne contre l'Allemagne jusqu'à la capitulation de Metz.

 Après la guerre, il est fait Capitaine au 12e régiment de Cuirassiers et reçoit la croix de la Légion d'Honneur le  11/1/1876.

Il prend se retraite en 1885 et est mort en 1897.  

Photo Yvon (Vendôme)

  


 
   

Prosper Charles Klein

 

Né le 31/8/1834 au Quesnoy, ce fils d'officier d'infanterie s'engage comme cavalier au 9e régiment de dragons le 25/1/1855. Entre 1856 et 1858, il suit les cours de l'école de cavalerie de Saumur et s'y classe dans un excellent rang (5e sur 86). Il y est promu sous officier (maréchal des Logis) en avril 1857, puis après son retour au régiment, maréchal des logis chef en juin 1860.

Ce sous officier méritant conquiert ses galons d'officier le 13/8/1863, étant promu Sous Lieutenant. Il rejoint alors le 2e régiment de carabiniers. C'est dans ce grade qu'il est photographié par le photographe Yvon. Le 1/1/1866 il passe au régiment des carabiniers de la Garde.

Durant la guerre de 70, il est promu Lieutenant le 3/9/1870, alors qu'il est à Metz, l'armée française étant assiégée par les prussiens. Il passe alors muté au 7e régiment de cuirassiers. Après la capitulation de Metz, il est interné à Wiesbaden.

Après la guerre, Klein est promu Capitaine le 8/3/1873, puis Major au 10e régiment de cuirassiers le 27/3/1886. Il quitte le service actif en aout 1886, chevalier de la légion d'Honneur.

Il rejoint alors la cavalerie territoriale comme Chef d'escadrons et sert au service des remontes entre 1889 et 1893.

Il est mort le 8/3/1909.

Photo Yvon (Troo)


 

Louis Henri Maxime Blouquier de Trelan

Né le 31/1/1842 à Tours, il est élève de Saint Cyr et est nommé Sous lieutenant le 1/10/1864 au 2e régiment de carabiniers. A la fusion des deux régiments de carabiniers, il passe au régiment des Carabiniers de la Garde le 1/1/1866. Il est ici photographié lors de son passage à l'école de Saumur, comme officier d'instruction. Le port des aiguillettes permet de valider la date de la photo, postérieure à 1866.

De Trélan est muté à l'escadron des Cent Gardes le 24/8/1868. Au déclanchement de la guerre de 1870, il fait partie des officiers de l'escadrons des Cent Gardes restés à Paris. Son destin suit les péripéties politiques de la période troublée de la fin de l'Empire et du début de la République : Le 1er octobre les Cent Gardes sont supprimés et de Trélan suit l'escadron qui est versé au 2e cuirassiers de marche. Le 1/11/1870, il est transféré au 12e régiment de cuirassiers et y est promu Lieutenant quinze jours plus tard. Après le siège de Paris et la capitulation, il est versé au 2e régiment de cuirassiers à Orange.

De Trélan est nommé Capitaine le 21/10/1875 et passe au 11e régimant de cuirassiers. Il est mis à la retraite le 7/3/1880 et il est mort sans postérité le 12/12/1882

Photo le Roch (Saumur)

  


    

Paul Fortuné Marie Alexandre Peytes de Montcabrié

Né le 20/4/1834 à Toulouse. Engagé volontaire en novembre 1854, il rejoint le 2e régiment de carabiniers, il y est fait brigadier en 1855, puis maréchal des logis en 1856.

Le 31/10/1859, il est nommé Sous lieutenant et après un mois au 10e dragons, revient au 2e régiment de carabiniers où il est promu Lieutenant quatre ans plus tard. C'est vers 1863 qu'il est photographié ci contre dans cette belle pose, en petite tenue avec le bonnet de police.
Détaché à Saumur entre 1864 et 1865, il rejoint la Garde Impériale quand les carabiniers fusionnent et intègrent cette unité d'élite en janvier 1866. 

En mars 1867, Montcabrié permute et rejoint le 4e régiment de chasseurs d'Afrique. La guerre de 1870 le trouve en Algérie et afin de rejoindre les armées en metropole, il obtient une nouvelle permutation et rejoint le 8e régiment de Dragons comme Capitaine le 26/8/1870. C'est avec ce régiment qu'il fait la campagne de Sedan et est compris dans la capitulation de l'armée de Chalons en septembre 1870.
Libéré en avril 1871, il retrouve l'Algérie et le 2e régiment de chasseurs d'Afrique. Il y est fait instructeur (mai 1872), puis prend le commandement d'un escadron en mai 1875. Il est nommé chevalier de la Légion d'Honneur le 21/4/1874.

Le 7/12/1877, il est nommé Major au 5e régiment de Hussards, puis en juin 1879, retrouve le 2e régiment de chasseurs d'Afrique, comme major, puis Chef d'Escadrons en décembre. il fait campagne contre les mouvements insurectionnels en Algérie en 1881.

Fait officier de la Légion d'Honneur le 7/7/1884, il est mis à la retraite le 5/10/1886 et il est mort le 7/12/1913.

Photo Levitsky (Paris)

Les colonels du 1er régiment de carabiniers

Les colonels du 2e régiment de carabiniers

Les colonels du régiment des carabiniers de la Garde

Retour