Jean-Constant-Edmond RENOUARD, né le 23 avril 1836 à Romorantin (Loir-et-Cher),

Photo Petit (Paris)

 
Engagé volontaire le 13 janvier 1855, il entre à l’École spéciale militaire le 15 janvier (promotion de Crimée-Sébastopol). Il en sort le 1er octobre 1856 avec le grade de Sous-lieutenant et classé 20e sur 416 élèves. Affecté au 62e régiment d’infanterie, il entre le 1er janvier 1857 à l’École d’application d’état-major.
 
Il en sort le 18 janvier 1859 avec les galons de Lieutenant du corps d’état-major et classé 13e sur 24 élèves. Stagiaire au 16e régiment d’infanterie à partir du 21 janvier, il prend part à la campagne d’Italie du 20 mai 1859 au 12 juin 1860. Il est stagiaire au 6e régiment de hussards à partir du 24 janvier 1861. Il est nommé aide de camp du général de Monfort le 27 décembre 1862.
 
Il est promu au grade de Capitaine le 13 août 1863. Le 27 mai 1864, il est affecté à l’état-major de la division de cavalerie du camp de Châlons. Le 20 août 1864, il passe à l’état-major de la 7e division militaire. Il est nommé aide de camp du général Sol, commandant de la 19e division militaire, le 13 décembre 1865 puis du général Bonnemains, commandant de la 3e brigade de la division de cavalerie de la Garde Impériale, le 14 septembre 1866. Après avoir été affecté à l’état-major de la 2e division militaire le 14 août 1869, il revient auprès du général Bonnemains, commandant maintenant la division de cavalerie du 3e corps d'armée, le 17 décembre suivant.
A partir du 2 août 1870, il participe à la campagne contre l’Allemagne. IL reçoit la Croix de chevalier de la Légion d’honneur le 20 août 1870. Fait prisonnier le 2 septembre 1870 à Sedan, il est interné en Allemagne. Revenu de captivité le 20 mars, il revient le 14 avril auprès du général Bonnemains qui commande 21e division militaire à Limoges. Mis en disponibilité le 4 juillet, il est affecté le 4 août à l’état-major de la 19e division. Le 3 juillet 1872, il est réaffecté auprès du général Bonnemains nommé inspecteur généra de cavalerie et président de la commission de cavalerie. Le 1er novembre 1873, il est affecté à l’état-major du 8e corps d’armée. Le 15 janvier 1878, il passe à l’état-major général du ministre de la Guerre où il sert au cabinet.
 
Promu au grade de Chef d'escadron le 4 avril 1878, il passe au 4e bureau de l’état-major général le 15 janvier 1879. Le 2 février 1880, il est affecté à l’état-major du 9e corps d’armée. Le 20 mars 1880, à la disparition du corps d’état-major, il passe dans l’arme de l’infanterie. Le 21 novembre 1881, il est réaffecté au cabinet de l’état-major général du ministre. Il est fait officier de la Légion d’honneur le 8 mars 1882. Le 4 avril 1882, il revient au 4e bureau. Classé au 97e régiment d’infanterie le 18 mars 1884, il est maintenu au 4e bureau.
 
Promu au grade de Lieutenant-colonel le 12 juillet 1884, il classé au 2e régiment d’infanterie et maintenu au 4e bureau puis passe, le 5 mai 1885, au 3e bureau. Le 11 juillet 1885, il est nommé chef du 3e bureau en remplacement du colonel de Saint-Germain. Classé au 62e régiment d’infanterie le 23 juin 1886, il est maintenu dans cet emploi jusqu’au 16 juillet, date à laquelle il rejoint ce régiment à Lorient.
 
Promu au grade de Colonel le 22 juillet 1887, il en reçoit le commandement. Le 26 janvier 1889, il est mis hors cadre comme à l’état-major général, d’abord comme chef du 2e bureau puis, à partir du 17 mai 1890, comme chef du 3e bureau. 
 
Promu au grade de Général de brigade le 11 juillet 1891, il est maintenu dans son emploi jusqu’au 5 novembre, date à laquelle il est nommé sous-chef de l’état-major général de l’armée. Il est fait commandeur de la Légion d’honneur le 26 juillet 1893. Nommé commandant de l’École supérieure de guerre et membre du Comité technique d'état-major le 27 mai 1895.
 
Il est promu au grade de Général de division le 26 septembre suivant. Nommé chef d’état-major général de l’armée le 2 septembre 1898, il n’occupe cette fonction que deux mois, jusqu’au 4 novembre 1898, date à laquelle il reçoit le commandement du 11e corps d’armée. Le 14 janvier 1899, il prend également la fonction de président du Comité technique d'état-major qu’il exercera durant trois mandats. Il est élevé à la dignité de grand-officier de la Légion d’honneur le 25 décembre 1899. Il est admis dans la section de réserve le 23 avril 1901.
Il est décédé le 17 février 1929 à Paris (Seine). Il était grand-officier de la Légion d’honneur, médaille commémorative d'Italie, médaille commémorative de la guerre de 1870-1871, médaille de la Valeur militaire (Sardaigne), commandeur de l’Ordre de François-Joseph d’Autriche.

retour menu