Les officiers du 11e bataillon de chasseurs (1867)

Ces trois peu banales photographies de groupe des officiers du 11e bataillon de chasseurs ont été prises à Besançon. Le photographe Fragney, installé en ville depuis 1865, a choisi de mettre en scène les officiers dans une pose traditionnelle et deux plus originales : "la partie de cartes" et "le rapport", ces deux dernières illustrant les moments coutumiers de la vie de garnison.

Depuis sa brillante participation à la bataille de Magenta pendant la guerre d'Italie, le 11e bataillon de chasseurs a enchainé les garnisons (Paris-Vincennes 1861, Douai 1862, Rennes 1863, Besançon 1865, Saint Omer 1868, Metz 1870). Ces multiples déplacements isolent le corps des officiers des civils et contribuent à souder les liens entre ces hommes, qui, hormis le chef de corps, ont parfois fait toute leur carrière au bataillon.

Durant la guerre de 1870, le bataillon s'engage avec ce corps d'officiers presque inchangé. Il va s'illustrer à Borny, Rezonville, Saint Privat et surtout à Servigny, le 31/8/1870, où il est à trois reprise ramené par le commandant de Paillot à l'assaut des tranchées prussiennes sous un feu violent. Lors de la bataille, le capitaine adjudant major Bizouard de Montille est tué alors qu'il entraine ses troupes. Les survivants du bataillon suivront le reste de l'armée dans les prisons allemandes après la capitulation de Metz.


 

Debout au centre, le commandant de Paillot. A sa droite, le capitaine Gasselin, adjudant major et à sa gauche la capitaine Honnorat, capitaine major.

Assis de part et d'autre de la table, la capitaine Sauvan, Instructeur de tir et le médecin major Deschuttelaëre. Autour, les capitaines du bataillon.



L'état major du bataillon

 


 

Commandant de Paillot

 

Chef de corps du 11e bataillon depuis décembre 1866, Charles Anatole de Paillot est un Saint Cyrien.

Il a fait campagne en Algérie aux tirailleurs, et s'est illustré en Chine et en Cochinchine au 2e bataillon de chasseurs.

Il va conduire son bataillon durant la guerre de 1870, jusqu'à sa nomination comme Lieutenant colonel en septembre .

Il finit sa carrière comme colonel.

 

Une page spéciale lui est consacrée.

 

Capitaine Honnorat

 

Calixte Joseph Honnorat est né le 12/10/1823 à Aix en Provence.

Officier sorti du rang, il a servi comme sous lieutenant trésorier au 31e régiment d'infanterie entre 1848 et 1851, puis au 11e bataillon de chasseurs comme lieutenant trésorier.

Il est ensuite passé au 3e bataillon de chasseurs à sa promotion comme capitaine en 1856 et y a reçu la croix de la Légion d'Honneur et la médaille du Pape lorsque son bataillon a été envoyé au corps d'occupation de Rome en 1862.

Revenu au 11e bataillon en 1866, comme capitaine major, second du bataillon, il y sert encore en 1872, date de sa mise à la retraite.

Il est mort en 1907.

Capitaine Gasselin

 

Camille Gasselin est Saint Cyrien. Il sert au 11e bataillon de chasseurs depuis 1857. Il s'est notamment distingué à Magenta, y gagnant la croix de chevalier de la Légion d'Honneur.

En 1866, il est capitaine adjudant major, chargé de l'administration du bataillon.

Il quitte le bataillon en 1868, date de sa promotion comme chef de bataillon.

Une page spéciale lui est consacrée.

 

Capitaine Sauvan

Henry Sébastien Sauvan est né le 11/7/1835 à Montargis.

Saint Cyrien de la promotion Crimée Sébastopol (1854-1856), il a fait la première partie de sa carrière au 6e bataillon de chasseurs

Capitaine le 10/1/1866, il est nommé instructeur de tir au 11e bataillion, ce qui explique les grenades portées au collet, caractéristiques des postes de l'état major du bataillon (comprenant le chef de bataillon, les capitaines major, adjudant major et instructeur de tir).

Juste avant la guerre de 1870, il passe au bataillon des chasseurs de la Garde. Il est blessé à Saint Privat et décoré de la légion d'honneur.
Il finit sa carrière comme général de brigade, commandeur de la légion d'Honneur.


D'autres officiers

 


Capitaine Nauroy

Jean Baptiste Nicolas Nauroy est né le 25/6/1819 à Ancy sur Moselle.

Officier sorti du rang au 14e bataillon de chasseurs, il y a fait la campagne de Crimée et la campagne d'Italie.

Lieutenant depuis le 3/11/1855, il est décoré de la Légion d'Honneur en 1859. Il rejoint le 11e bataillon lorsqu'il est nommé capitaine le 24/6/1865.

En 1870, il est chef de bataillon, dans l'état major des places à Lille. Il est mort en 1899.

Capitaine Bizouard de Montille

Etienne Bizouard de Montille est Saint Cyrien de la promotion du Prince Impérial (1855-1857).

Comme le commandant de Paillot, il a servi au 2e bataillon de chasseurs, en Chine et en Cochinchine, d'où il est revenu lieutenant, décoré de l'ordre d'Isabelle la Catholique et de la médaille de Chine.

Capitaine le 13/8/1865, il rejoint le 11e bataillon en 1866. Au déclanchement de la guerre de 70, il est capitaine adjudant major. Il est tué le 31/8/1870 à Servigny, alors qu'il entraine ses hommes à l'assaut des tranchées prussiennes devant le village.

Capitaine non identifié

 

Cet officier non identifié est peut être le capitaine Lacroix, qui succombera en 1869 au camp de Chalons, tué par la foudre lors des manoeuvres.

 

 

 


 

Retour groupe