Le 11e régiment de Dragons

-

 Historique sous le IInd Empire et la IIIe République
(1850-1914)

 

Le 11e régiment de Dragons a pris part à l'expédition de Rome en 1849. Quatre escadrons de guerre débarquent en mai 1849 et sont mis à contribution pour empêcher la ville de recevoir du ravitaillement sur la rive gauche du fleuve. Après la prise de la ville, le 11e régiment de dragons reste au corps d'occupation durant cinq ans.

En 1870 le régiment fait partie de la division de cavalerie du 4e corps d'armée. Le 16 aout il est en réserve à Rezonville et le 18 à saint Privat il couvre la retraite du 6e corps au prix de 16 tués. Il capitule le 28 octobre après le siège de Metz.
Durant cette période, le 4 escadron du régiment est chargé de la défense de Thionville et en défend la place jusqu'au 25 novembre.

    

Joseph Constant Lallement

Né le 28/12/1818 à Frison dans les Vosges, il est Saint Cyrien de 1842 à 1843. A sa sortie, 41e sur 292, il est nommé Sous Lieutenant au 4e régiment de chasseurs et suit les cours de Saumur dont il sort en quatrième place. En 1846, il passe au 6e régiment de Lanciers

Il y est nommé Lieutenant le 11/11/1848 et est détaché un an de nouveau à Saumur pour y suivre les cours d'officier d'instruction.

Nommé Capitaine le 31/3/1851, il y sert comme instructeur, puis comme commandant d'escadron en 1859.

Le 12/3/1860, il est promu Major et est muté au 11e régiment de Dragons. Il recoit la croix de la Légion d'Honneur en décembre 1862 et occupe toujours cette fonction en 1870, alors que son régiment est en garnison à Thionville. Il reste à Thionville et prend le commandement du peloton hors rang et de l'escadron de dépôt. Durant le siège, il prend le commandement du secteur comprenant le fort et les ouvrages de la rive droite de la Moselle et se charge avec sa troupe du service de découverte et de sûreté. Dans la nuit du 15 au 16 aout 1870 une colonne de 5000 Prussiens attaque avec l'espoir de surprendre le fort. Prévenu en temps utile, Lallement repousse la colonne avec les troupes de son secteur et le concours de l'artillerie de la Place. Les Prussiens ne tentant pas de renouveller un assaut et se contentant d'observer la ville, la situation laisse aux dragons la possibilité de s'illustrer par des coups de mains. Ainsi le 17 octobre Lallement commande une sortie de 1000 hommes et deux pièces d'artillerie qui met hors de combat 150 prussiens, puis il recommence une autre opération le 22 octobre. La ville doit néanmoins capituler dès que les Prussiens peuvent lui opposer des troupes importantes libérées par la capitulation de Metz. Le 23 novembre, après une journée de bombardement, la place est contrainte à la reddition et Lallement est enmmené en captivité.

Revenu en France, il prend le commandement de deux escadrons réunis à Vienne pour la reconstitution du régiment. C'est à cette occasion qu'il se fait photographier par le photographe Gauthier. Il est promu officier de la Légion d'Honneur le 16/11/1871. Le 30 juin 1872, il met fin à sa carrière est se retire de l'armée mis en non activité pour infirmités temporaires. Il aura servi douze ans dans les dernières fonctions de major. Il est mort en 1881.

Photo Gauthier (Vienne)


Marie Emile Charles Lasneau de Latingy

Né le 27/1/1840 à Saumur. Saint Cyrien entre 1859 et 1861, il est nommé Sous Lieutenant du 11e régiment de Dragons le 1/10/1861.

Après avoir parfait sa formation à Saumur, il est promu Lieutenant le 22/12/1866, puis il est, entre 1867 et 1870, détaché comme officier d'ordonnance du général Valabrègue, puis du général Houry

Promu Capitaine le 23/7/1870, il rejoint son régiment à Thionville. Il porte sur ce cliché la nouvelle tenue des officiers de dragons reçue en 1868 et que le 11e dragons reçoit dans le courant de l'année 1869.

A la déclaration de guerre, de Latingy est officier au 4e escadrons qui reste en dépôt à Thionville. Avec une garnison forte de 4000 hommes, dont la moitié appartient à la garde nationale, la place va être assiégée par les Prussiens. Le 17/10/1870, une sortie est organisées et de Latingy reçoit le commandement d'une escadron à pied qui prend le poste de Crevecoeur. Après la capitulation de Metz, les Prussiens peuvent renforcer le siège. Le 25/11/1870, de Latingy est compris dans les prisonniers suite à la capitulation de la place, il ne revient en France qu'en mars 1871.

En octobre, il prend le commandement d'un escadron de son régiment et en novembre 1872, il reçoit la croix de la Légion d'Honneur.

Il quitte l'armée peu de temps après et il est mort en décembre 1912.

Photo Roth (Thionville)

  


 

Les colonels du 11e régiment de Dragons

,
Retour