Le 1er régiment de Lanciers

-

 Historique sous le IInd Empire

 

 Le 1er régiment de lanciers reste en garnion en France durant tout le début du second Empire.

En 1859, il reçoit ordre de rejoindre l'armée d'Italie au sein de la division de cavalerie du général Partourneaux et il franchit les Alpes au Mont Cenis. Le régiment est engagé à Solférino avec un peloton qui charge une compagnie autrichienne et lui fait 40 prisonniers, puis en subissant le feu de l'artillerie autrichienne. Vers 15 heures le régiment charge les Autrichiens vers Casanova en soutien du 4e corps d'armée epuisé. Les trois escadrons sont successivement lancés en fourrageurs des tirailleurs autrichiens dans un terrain couvert d'arbres et coupé de fossés profonds et repoussent l'ennemi au prix de pertes sensibles. 

La guerre de 70 le trouve en garnison à Napoléonville. Il mobilise 4 escadrons de guerre et rejoint Chalons, dans la brigade du général Savaresse, attachée au 12e corps d'armée. Le régiment participe à la marche vers Sedan et doit capituler à Sedan, sauf un escadron qui parvient à passer en Belgique.

  

Antoine Godefroy

Né le 10/11/1819 à Lyon.

Il est Sous Lieutenant le 11/4/1848 au 2e régiment de Lanciers

Promu Capitaine le 1/5/1854 au 1er régiment de Lanciers, il en devient adjudant major. Le 12/10/1855, il est nommé chevalier de l'ordre de la tour et de l'épée du Portugal.

Godfroi participe à la campagne d'Italie de 1859. Son régiment franchit à cheval le col du Mont Cenis le 21/5/1859 et entre à Turin le 24, sous les acclamations des piémontais. Attaché à la division Partourneaux (3e corps d'armée), il ne participe pas à la bataille de Magenta et entre à Milan le 8 juin. Lors de la bataille de Solférino, le régiment est en position devant Médole entre les 2e et 4e corps d'armée. D'abord en soutien de l'artillerie, la division de cavalerie est engagée vers 3 heures en soutien de l'infanterie du 4e corps qui commence à plier.
Antoine Godefroy est fait chevalier de la Légion d'Honneur le 12/8/1864 ("25 ans de services effectifs, une campagne"). Il prend ensuite le commandement du 2e escadron

Le 19/7/1870, il est nommé Chef d'escadrons au 12e régiment de chasseurs, il est mis en non activité pour infirmités, le 2/8/1870 et ne participe pas aux opérations militaires.

Il est mort le 28/6/1892.


Victor Angélique Henri Oudinot de Reggio

Né le 3/2/1822, c'est le plus jeune fils (4em) du marechal d'Empire Oudinot et frère cadet du général Oudinot qui commanda en chef le siège de Rome, ainsi que du colonel Oudinot, qui fut tué en Algérie en 1835.

Il a fait le siège de Rome avec son frère ainé et a été nommé Chevalier de la Légion d'Honneur le 12/7/1849. Promu Capitaine le 15/10/1849, il passe au 4e régiment de Dragons

Chef d'escadrons le 24/3/1855 au 3e régiment de Chasseurs d'Afrique. Il commande l'escadron du régiment qui fait campagne vers Biskra en 1855, puis de nouveau en 1858 lors de la colonne du Sahara. Le commandant Oudinot est désigné en 1858 pour faire partie des escadrons de guerre du régiment envoyés en Italie et fait campagne jusqu'à Solférino.

Il est promu Lieutenant Colonel le 31/10/1859 au 10e régiment de chasseurs.

Colonel le 14/1/1863, il est mis à la tête du 1er régiment de Lanciers. Il est ici photographié en grande tenue, portant la czaspska ornée de la plume blanche du chef de corps, crânement inclinée sur l'oeil.

Au déclanchement de la guerre de 1870, il regroupe son régiment au camp de Chalons. Primitivement rattaché au 6e corps d'armée, il ne rejoint pas le corps d'armée à Metz et se regroupe avec l'armée de Mac Mahon. Il capitule à Sedan, sans avoir été engagé.

Il est promu Général de Brigade le 27/10/1870, alors qu'il est interné à Bonn après la capitulation de Sedan. Après la guerre il commande la brigade de cavalerie du 2e corps d'armée entre 1871 et 1883. Il est mort le 29/7/1891

Photo Prevot (Paris)

  

Ils ont servi au 1er Lancier : Lieutenant colonel de Dampierre,


 En 1871, il est transformé en 14e régiment de Dragons. Il ne quitte pas les garnisons métropolitaines avant la guerre de 14.

Les colonels du 1er Lanciers

  • de Rochefort (1850-1852)
  • Martin de Boulancy (1852-1860)
  • de Septeuil (1860-1863)
  • Oudinot de Reggio (1863-1871)

    Les colonel du 14e Chasseurs

  • Savin de Larclause (1871-1878)
  • Leloutre (1878-1885)
  • Lagrange (1885-1887)
  • Abel de Libran (1887-1892)
  • Moreau de Bellaing (1892-1900)
  • Aubertin (1900-1904)
  • de Dartein (1904-1909)
  • Eme de Marcieu (1909-1913)
  • de Tarrangon (1913-1913)

    Retour