Frédéric benoît JAPY, né le 23/2/26 à Badevel (Doubs) 

Photo Appert (Paris)

ESM 1844 (154 sur 280)

Sous lieutenant au 51e RI en 1846. En Afrique du 18/12/47 au 17/5/50

Lieutenant en 1850. Passe au 3e Zouave en 1852. En Afrique du 3/52 au 11/54. En novembre 1853, alors qu'il est commandant provisoire de la province de Tebessa, il se signale par un audacieux coup de main : "Le chérif Si-Amar-Ben-Kendiah, personnage influent, d'une famille de l'Aures, réfugié dans la régence de Tunis, prèchait depuis quelque temps la guerre sainte contre nous. Le 6 novembre à la tête d'une cinquantaine de cavaliers et d'une centaine de fantassins, il franchit la frontière et porte son camp sur les hauteurs qui dominent Beccaria, petit village à trois lieues de Tebessa ; il force les habitants à se réfugier dans leur mosquée. Le lieutenant Japy est informé à 3h de ce mouvement ; il prend immédiatement les renseignements nécessaires pour bien connaître l'état des choses et à midi, laissant la garde de Tebessa aux troupes d'infanterie qui en formaient la garnison, il se porte immédiatement contre le chérif avec 40 spahis et 20 cavaliers du goum. A deux heures, il arrive en face du camp ennemi. Prévenu de son arrivée, le chérif l'attend avec la cavalerie et cache ses fantassins en arrière, dans un terrain difficile, rocheux et couvert de broussailles. A cent pas de lui, le lieutenant Japy le fait sommer de se rendre ; ne reçevant que des injures pour toute réponse, il donne l'ordre aux spahis de charger. A la sonnerie de "en avant !" nos cavaleirs se précipitent à toute bride et culbutent tout ce qui se trouve devant eux. Le chérif est tué l'un des premiers ; à la nouvelle de sa mort, les fantassins abandonnent leurs embuscades et fuient dans toutes les directions. Cinq grands drapeaux en soie, un grand nombre d'armes, les instruments de musique, les tentes du chérif et trois cent fanions, destinés aux tribus révoltées, restent entre nos mains. Le retraite s'effectue dans le plus grand ordre et les dépouilles du Chérif sont plantées le soir au sommet de la porte de Tebessa. (historique du 3e zouaves) ". Japy est fait chevalier de la Légion d'Honneur.
 En Orient 11/54 à 1/56. Blessé par un obus le 8/9/55 à Malakoff. Médaille de Crimée, ordre de Medjidié

Capitaine en 1855. En Afrique 5/56- 5/59 et en Italie (5/59-10/59). Ordre militaire de Savoie, médaille d’Italie. De nouveau en Afrique 10/59-9/62. Mexique 9/62-4/65. Off LH 1863 (bataille de Puebla), Ordre de Guadalupe, médaille du Mexique.

Chef Bataillon au 2e Zouaves 1864. Cité au combat de Majoma (21/9/64). Prend le commandement du régiment, après la mort du Lieutenant colonel Martin et enlève la position tenue par 4500 Mexicains.

Lieutenant Colonel du 36e RI le 13/8/1865. Afrique 9/65-5/66. Passe au 58e RI (1866) puis aux zouaves de la garde (1867)

Colonel du 53e RI le 24/12/1869 (43 ans!) Campagne d’Allemagne (7/70-9/70 prisonnier). Comm LH 1871

Brigadier 4/11/1874. 62e brig, 25e brig (75) puis 11e brig (77)

Divisionnaire 30/31881. 17 D°, Région nord de la Tunisie. Campagne de Tunisie (10/81-3/82) 1e D° (1882), 6e D° (1884), 17e CA (1885), 12e CA, 15e CA (1888) GO LH 1887

Réserve 1891

retour menu