Louis Hippolyte MIRAUCHAUX, né le 1/10/1864 à Ville sous Ferté (Aube) 

Photo Chardonnet (Vichy)

Engagé au 2e Zouaves 17/10/1854.
En Orient du 16/11/1854 au 18/10/1855
Caporal le 14/4/1855
Médaille militaire : 16/6/1855 : Coup de feu à l'oreille gauche et coup de baïonnette à la main droite le 7/6/1855 devant Sébastopol. "Caporal. A donné des marques d'un grand courage. Est resté au feu malgré une blessure assez grave."
Sergent 5/9/1855.Coup de feu traversant la main droite le 24/6/1857 à l'attaque et à la prise d'Icheriden.
Au Mexique du 4/9/1862 au 2/5/1865. Chevalier de la Guadalupe (28/12/1866) et médaille du Mexique.

Sous Lieutenant 11/12/1862

Lieutenant 30/9/1866. Chl 2/6/1870. Guerre de 1870 : du 22/7/1870 au 3/9/1870. Lors de la bataille de Froeschwiller, il est officier à la 2e compagnie du 3e bataillon et échappe à la mort ou à la blessure, alors que le régiment est décimé devant Woerth. Après la bataille, il est fait Capitaine (le 20/8/1870). Poursuivant la campagne avec l'armée de Chalons, il est fait prisonnier à Sedan, mais auparavant, participe à la destruction de l'aigle du régiment afin d'éviter qu'il ne soit remis aux prussiens : "Lorsque le soir les Allemands entrèrent dans Sedan pour s'emparer de l'armée prisonnière, le 2e Zouave n'avait plus de drapeau. La hampe et la soie avaient été brûlées par les sapeurs, sous la surveillance du capitaine Mirauchaux, la frange avant été partagée entre les officiers présents. Quant à l'aigle, enveloppée dans la cravate tricolore du drapeau, glorieux linceul, elle avait été enterrée dans un des gymnase de la garnison. Ainsi finit pur de toute souillure le vieux drapeau du 2e Zouaves " (Historique du régiment) 

Major le 13/1/1879. Nommé chef de bataillon au 1er bataillon d'infanterie légère d'Afrique (8/7/1882). Fait l'expédition contre l'insurection de 1882, en octobre. Officier de la LH le 29/12/1882

Retraité le 1/7/1885. Mort en janvier 1903

retour menu