Un bataillon du régiment des Zouaves de la Garde (1860)

Une visite à Nice
Les officiers du bataillon des zouaves de la Garde - mai 1860

Le 17 avril 1860, un détachement comprenant quatre compagnies à 80 hommes quitte la capitale, sous la conduite du commandant Février, pour aller faire le service de garde d'honneur auprès de Sa Majesté l'Impératrice de Russie à Nice. Ce bataillon rentre à Paris le 6/6/1860.

Cette photographie est prise en mai, par Crette, encore indiqué comme "photographe du Roi de Savoie", Nice n'ayant été rattachée à la France que quelques mois plus tôt.

Les officiers réunis ont tous fait la campagne d'Italie quelques semaines auparavant et pour la plupart d'entre eux, ont aussi fait la campagne de Crimée. Ils sont représentatifs du corps des officiers des zouaves de la Garde : anciens sous officiers sortis du rang, vieux baroudeurs ayant servi sous toutes les campagnes de l'Empire.


Le bataillon de zouave de la Garde - mai 1860

Commandant le bataillon......................................... 

Capitaine adjudant major........................................

Capitaines.................................................................

Lieutenants..............................................................

Sous lieutenants.....................................................

Médecin...................................................................

Commandant Février

Capitaine Chazotte

Deschesnes, de Mutrecy, Richaud, Andrieu

Lacoste, Besson, Haricot, Renauld

Leca, Lapierre, Schlotter, Bustin                                                                              

Chasle                                                                                 


 

Victor Louis François Février

 

Né le 21/10/1823 à Grenoble, victor louis Fevrier est un des rares saint cyrien de la photographie.

Il est chef de bataillon depuis le 10/3/1856 et a commandé un bataillon des zouaves de la Garde durant la campagne d'Italie. Il y a été blessé.

Victor Fevrier fera une carrière exceptionnelle dans l'armée, s'illustrant héroïquement au feu en 1870 et terminant au sommet de la hiérarchie militaire sous la Troisième République.

Une page spéciale lui est consacrée.


Cliquez sur l'image

Martial Chazotte

Né le 24/6/1823 à Lyon. Lieutenant le 10/8/1853, il est nommé au régiment des zouaves de la Garde en Crimée en mars 1855, après une action d'éclat qui lui vaut une première blessure. Il s'est ensuite distingué le 18 juillet dans la parallele avancée du ravin du Carénage devant Sébastopol. Blessé de nouveau, il a été cité à l'ordre de l'armée et nommé capitaine le 1/8/1855.
Durant la campagne d'Italie, il a été blessé une nouvelle fois, à Magenta le 4/6/1859, à la tête de la 6e compagnie du second bataillon.

En 1860, il est capitaine adjudant major du bataillon, fonction reconnaissable au galon doré entre les deux galons argentés.

Il est nommé chef de bataillon le 17/6/1865 au 3e régiment de zouaves et passe au 4e régiment des voltigeurs de la Garde Impériale le 14/5/1869. A Rezonville, en aout 1870, il en commande le 1er bataillon et il est grièvement blessé d'un eclat d'obus pour la quatrième fois de sa carrière.
Nommé lieutenant colonel le 24/5/1872 au 58e RI, il termine sa brillante carrière militaire comme colonel (12/11/1875) du 4e régiment d'infanterie, commandeur de la Légion d'Honneur.

 

Charles Félix Deschesnes

Né le 6/4/1824 à Paris. Engagé volontaire, puis sous officier au 36e RI, il est nommé sous lieutenant le 1/10/1846.
Nommé lieutenant le 21/7/1850, il passe au bataillon des chasseurs de la Garde lorsque la garde impériale est rétablie et fait la campagne de Crimée. Il passe ensuite au régiment des zouaves de la Garde. Durant la campagne d'Italie, il est nommé chevalier de la légion d'honneur et promu capitaine le 9/6/1855.

Il passe au 2e régiment de zouaves vers 1862.

Il est nommé chef de bataillon le 10/8/1868 au 10e régiment d'infanterie. Engagé en 1870, il est tué avec le colonel Ardant du Picq le 15/8/1870 par un obus allemand à Longeville les Metz.

 
Cliquez sur l'image

Constant de Mutrecy

 

Né le 20/9/1823 à Paris, ce saint Cyrien est promu lieutenant le 9/6/1848, au 6e régiment d'infanterie légère. Il sert ensuite dans des bataillons de chasseurs à pied.

Capitaine le 5/7/1854, il est nommé au régiment des Zouaves de la Garde en mars 1855 alors qu'il sert en Crimée. Il est blessé à l'assaut de Malakov en septembre 1855 par un éclat d'obus à la jambe et est décoré de la croix de la légion d'honneur.

En Italie, il commande la 2e compagnie du premier bataillon.

Il est mort en mars 1864.

 

Joseph Hommebon Richaud

 

Né le 13/11/1826 à Ginnaservis (Var). Il s'engage en 1845 au 3e RI.
Promu sous lieutenant le 1/10/1849, puis l
ieutenant le 23/2/1854. Il est nommé au régiment des Zouaves de la Garde à sa création, en decembre 1854.

Blessé à Magenta le 4/6/1859. Il est décoré de la légion d'honneur et nommé capitaine le 28/6/1859.

Il quitte la Garde pour rejoindre le 2e régiment de Zouaves.

Engagé avec son régiment lors de la guerre de 1870, comme adjudant major du 3e bataillon, il est tué le 6/8/1878 à Froeschwiller.

 

 

Victor Andrieu

 

Né en janvier 1820, il est nommé Sous lieutenant le 4/6/1850 au 28e RI.

Nommé lieutenant le 27/12/1854, il est affecté au régiment des zouaves de la Garde à sa création, en decembre 1854.

Il participe à la campagne de Crimée, et est nommé chevalier de la Légion d'Honneur après la prise de Malakoff. Il a aussi fait la campagne d'Italie.

Promu capitaine le 30/8/1859, il passe dans l'état major des places comme commandant de la place de Sebdou en Algérie.

Il est mort le 12/6/1886.

 

Antoine Marie François Amédée Maisonneuve Lacoste

 

Né le 26/12/1829 à Ussel, il est engagé en 1849 comme soldat au 19e régiment d'infanterie légère. Promu sergent, il rejoint le 3e régiment de zouaves en janvier 1852 et il est nommé sous lieutenant le 24/3/1855 alors qu'il est en Crimée. Le 6/11/1855, il est muté au régiment des zouaves de la Garde.

Au régiment durant la campagne d'Italie, il est nommé lieutenant le 28/6/1859.

A sa promotion au grade de capitaine, le 10/1/1866, il est transféré au 3e régiment de tirailleurs algériens, mais il ne fait pas partie des cadres du régiment envoyés en France pour la guerre de 1870.

Resté en Algérie, il fera la campagne de Kabylie en 1871 et luttera contre l'insurection qui suit la guerre de 1870.

En 1874 il est au 57e RI, et prend sa retraite au grade de capitaine en 1875.

 

Charles Auguste Besson

Né le 15/6/1831 à Dôle

Sous Lieutenant le 30/8/1855, il fait la campagne d'Italie aux zouaves de la Garde.

Promu lieutenant le 28/3/1860, il passe au 3e régiment de tirailleurs algériens. Il reçoit la Légion d'Honneur en 1865.

Nommé capitaine à la veille de la guerre de 1870, il est envoyé en France comme commandant la 1er compagnie du 1er bataillon et il est blessé lors de la bataille de Froeschwiller.

Il reprend son poste après la guerre et termine sa carrière dans le corps des places.

Il est mort en 1892.

 

Jules André Haricot

 

 

Né le 19/7/1821 à Chartres

Il est nommé au régiment des zouaves de la garde à sa création, en decembre 1854, comme sous lieutenant. Il y fait la campagne de Crimée.

Promu lieutenant le 25/6/1856, il est engagé lors de la campagne d'Italie. Il avait précédemment reçu la croix de la légion d'honneur en 1856.

Il n'est plus dans l'annuaire de 1868. Il est mort en 1879.

 

Jean Baptiste Leca

 

 

Il est sous lieutenant aux zouaves de la Garde le 11 juin 1859.

Il ne figure plus dans l'annuaire de 1868.

 

Gustave Eugène Lapierre

 

Sous lieutenant 23/9/1855 après la campagne de Crimée, il est lieutenant le 29/12/1860.

Il est nommé capitaine le 8/1/1868 au 1er régiment de tirailleurs algériens.

C'est avec ce régiment qu'il participe à la guerre de 70. Il echappe une première fois à la mort lors de la bataille de Froeschwiller, mais il est tué en septembre 1870 à Sedan par un éclat d'obus.

 

 
Cliquez sur l'image

Pierre Jules Renauld

 

Né le 24/12/1821 à Reims, il a fait la guerre de Crimée avec le 3e régiment de Zouaves et est lieutenant dans la Garde depuis le 12/8/1857.

Il est promu capitaine le 10/1/1866 et passe au 13e bataillon de chasseurs à pied.

Il ne figure plus dans l'annuaire de 1874.

 

Alfred Antoine Schlotter

 

Né le 13/11/1828 à Paris, Alfred Schlotter est engagé volontaire en 1848 au 11e régiment léger. Il est nommé sous officier en 1850 et sert cinq ans en Algérie. Il reçoit la médaille militaire quatre ans plus tard alors qu'il est blessé d'un coup de feu à la jambe.

Il fait la guerre de Crimée en 1855 comme sergent major au 1er régiment de Voltigeurs de la Garde et est blessé deux fois lors du siège de Sébastopol. Il revient de Crimée décoré de la croix de la Légion d'Honneur.

Il est promu sous lieutenant aux Zouaves de la Garde le 13/3/1857.

Il est mort le 14/12/1865.

 

Aimé Bustin

 

Né le 27/6/1823 à Hautmont (Nord), il a fait la campagne de Crimée et a été nommé sous lieutenant le 16/10/1856.

Il a fait la campagne d'Italie.

Promu lieutenant le 21/6/1862, il est toujours aux zouaves de la Garde en 1869 et y reçoit la croix de chavalier de la légion d'honneur en juin 1863.

Il est promu capitaine le 15/10/1869 et passe au 3e régiment de zouaves. Il n'est pas engagé lors de la première partie de la guerre de 1870 et le 1/11/1870, il passe au 4e régiment de zouaves avec lequel il combat au siège de Paris.

Il est retraité le 28/12/1872 et meurt en 1898.

 

Isidore Chasle

 

Né le 15/5/1815 à Saint Vigor des Monts dans la Manche.

Aide major de 1e cl le 28/5/1859, il a fait la campagne d'Italie avec le 35e RI et il a rejoint les zouaves de la Garde juste après la campagne d'Italie. Il va reçevoir la croix de chevalier de la Légion d'Honneur en juillet 1860.

Il est promu médecin major de 2e classe le 9/3/1864 est est affecté au 94e RI.

Il ne figure plus dans l'annuaire de 1868 et meurt en 1885.

Retour menu Garde impériale
Retour menu Groupes