Corps d'Etat major (1)

Créé en 1818, le corps d'état major est une arme spéciale, ouverte aux meilleurs élèves sortis de Saint Cyr qui ont réussi le concours de l'école d'Etat Major. Cette école, qui recrute donc des sous lieutenants, permet aux officiers de rentrer dans le prestigieux corps d'état major.

Le corps de l'état major est composé d'un nombre determiné d'officiers de chaque grade (en 1868, 580 officiers, dont 35 colonels, 35 lieutenant colonels, 110 chefs d'escadrons, 300 capitaines et 100 lieutenants). Après des stages dans les différentes armes de l'armée durant environ 6 à 8 ans, l'officier d'état major, devenu capitaine, est affecté dans un état major constitué, ou sert comme aide de camp d'un officier général.

Le corps d'étata major, bien que prestigieux, fut longtemps critiqué pour former des officiers n'ayant qu'une médiocre connaissance de la troupe. En outre, les défaillances de l'Etat Major impérial en 1870 mirent en évidence la nécessité de réformer l'institution et la formation des officiers. C'est en 1878/1880, que la réforme fut achevée.

La Tenue des officiers du Corps d'Etat Major sous l'Empire

Les officiers du corps d'état major portent depuis 1818 l'habit bleu boutonnant droit par 9 boutons.
Sous le Second Empire, leur tenue est reglementée par un décret de 1852.
Ces officiers portent le chapeau orné de plumes (écarlates et blanches pour les aides de camp des ministres maréchaux, écarlates pour ceux des généraux de division, bleu ciel pour ceux de généraux de brigade), ou le képi
En grande tenue, pour les officiers supérieurs (colonels, lieutenants colonels, chefs d'escadron) le collet et les parements en pointe sont garnis d'une broderie en or figurant une double guirlande. 

le collet

les parements

Les officiers subalternes (capitaines et lieutenants) portent une baguette dentelée au collet et aux parments.

le collet

les parements

 

Les épaulettes figurent le grade et une aiguillette d'or est portée sur l'épaule droite. En tenue de bal, une culotte blanche est portée.

 

Chef d'escadron d'état major
Photo colorisée sur porcelaine

Adolphe Grandjean
Capitaine d'état major. Photo colorisée

Colonel Bousquet
Photo Petit (Paris)

Commandant Ducasse
Tenue de bal
Photo Crémière et Hanfstangl (Paris)

Commandant Gélis
Photo Hallier (Paris)

Chef d'escadron
Photo Crémière et Hanfstangl (Paris)

Capitaine
Photo Rideau (Cherbourg)

Capitaine
Photo Ferret (Nice)

 

En tenue de service, ils portent l'habit veste et le pantalon garance. Les manches sont sans parements et le collet est orné d'une foudre.


Détail du ceinturon

Photo Persus (Paris)

Photo Muzet/Joguet (Lyon)

Colonel Deschiens
Aide de camp du général Cousin de Montauban
Photo Durand (Lyon)

Photo Royet (Niort)

 

En tenue de campagne, les officiers d'état major portent couramment le dolman à six brandebourgs non adhérents, en drap noir. Les marques de grade se portent sur les manches au moyen de soutaches dorées formant double noeud hongrois. Le collet est en drap du fond (noir) et les parements sont amarantes. Le pantalon est garance.

Capitaine Saget

Lieutenant Bibesco
Photo Alary et Geiser (Alger)

Capitaine Jung

 

 


Quelques carrières d'officiers brevetés
(cliquer sur la photo)

 

Un état major impérial : le corps d'armée d'occupation de Rome (1863)

Poursuivre avec le corps d'état major sous la Troisième République

Navigateur rapide