Le 1er régiment de Tirailleurs Algériens
-
Historique (1852 - 1914)

 

Le 1er régiment de tirailleur algériens est créé en 1856. Régiment de la province d'Alger, il participe à toutes les campagnes de la pacification en Algérie : expédition de Kabylie (1857), expédition du Maroc (1859), Insurection du Sud (1864). Le régiment contribue aussi pour un bataillon à la formation du régiment provisoire qui combat en Italie (1859, Turbigo, Magenta et Solférino) et participe aux expéditions lointaines du Sénégal (1861), de Cochinchine (1862) et surtout du Mexique (1863-1866).

En 1870, le régiment est engagé à l'armée d'Alsace à Wisembourg et à Froeschwiller où il subit des pertes considérables.

Après la guerre de 1870, le 1er Tirailleur est reformé en Algérie. De 1871 à 1894, il participe à diverses campagnes de pacification (Kabylie 1871, El Amri 1877, Aurès 1879, Sud oranais 1881, M'Zab 1882, Sahara 1894) et à la campagne de Tunisie. Le régiment contribue à la mission Saharienne Foureau-Lamy (1898).

Ce corps est aussi envoyé outre mer : au Sénégal et au Congo (1882-1884), au Tonkin (Son Tay 1883, Bac Ninh 1884, Lang Son 1885) et à Madagascar (1895-1897). Au début du XXe Siècle, il contribuera aux expéditions au Maroc entre 1912 et 1914.

    

Marie Louis Henri Berthier de Viviers

Né le 29/9/1835 à Paris, Berthier de Viviers est Saint Cyrien. Sous Lieutenant le 1/10/1855, il rejoint le 71e régiment d'infanterie en Algérie avec lequel il fait colonne, notamment durant la campagne de Kabylie. Le régiment a plusieurs engagements difficiles et subit quelques pertes.
En avril 1859, le 71e RI quitte l'Afrique du Nord pour la campagne d'Italie. Le régiment, affecté au corps du général de Mac Mahon, est engagé à Magenta, puis à Solférino. A la suite de la campagne, de Viviers est promu Lieutenant le 5/7/1859 et reçoit la médaille de la valeur militaire de Sardaigne.

Après la campagne, le 71e RI reste en Italie, au corps d'occupation. Mais le 7/1/1860, de Viviers rejoint le 1er régiment de tirailleurs algériens. Il sert notamment comme officier d'ordonnance du sous gouverneur de l'Algérie, puis sert dans ces fonctions auprès du général Roze lors de l'expédition contre les Flittas en 1864. Il est fait chevalier de la Légion d'Honneur le 28/7/1864 ("10 ans de service effectif, 10 campagnes"). Le 15/9/1864, il est nommé officier d'ordonnance du Maréchal de Mac Mahon, Gouverneur général de l'Algérie.

Fait Capitaine le 12 mars 1868, ses bons états de service lui permettent de rejoindre le régiment des Zouaves de la Garde deux ans plus tard. C'est avec cette troupe d'élite qu'il participe à la guerre de 1870, comme officier commandant la 1er compagnie du 1er bataillon. Le régiment est brièvement engagé à Rezonville. Après la capitulation de Metz, il est envoyé en Allemagne et ne retrouve la France qu'en mars1871, au 4e régiment de Zouaves, la Garde Impériale ayant été dissoute après la proclamation de la République.
Au printemps 1872, il rejoint les troupes metropolitaines (aux 103e puis 130e régiments d'infanterie).

De Viviers est promu Chef de bataillon le 15/11/1875, au 117e régiment d'infanterie. Cependant l'Afrique doit lui manquer puisque  le 12/6/1882, il rejoint de nouveau le 4e régiment de Zouaves en Tunisie. Il est fait officier de la légion d'honneur en décembre de la même année.

Il est mort en service le 1/12/1883.

Photo Alary & Geiser (Alger)

 


 

Jean Baptiste Cerez

Né à Limoges le 23/9/1820, Cérez a fait l'école Polytechnique et a brièvement servi comme Sous lieutenant d'artillerie en 1842. Après une mise en disponibilité de deux ans, il passe à la légion étrangère et démarre une longue carrière algérienne.

Il sert aux bureaux arabes durant dix ans en Oranie, comme adjoint à Bel Abbes (1850-1853), chef du bureau de Tiaret (1853-1855), puis de Mostaganem (1855-1857), avant de rejoindre en décembre 1857 la direction divisionnaire d'Oran. Il s'y fait remarquer par ses qualités de topographe et ses études sur les tribus. Il se distingue aussi en commandant des colonnes, notamment en 1854 dans le cercle de Tiaret en capturant le Cherif El Gharnouz, puis en mai 1857 lors d'une razzia conduite sur les Maïas. Il est noté comme "ayant de l'esprit naturel, résolu et intelligent", "montre une grande intelligence des hommes et des choses du Pays", "Passionné mais contenu".

Le 6/9/1859, il est promu Chef de bataillon au 1e régiment de tirailleurs. Il est détaché à l'état major du corps expeditionnaire en Syrie du 30/7/1860 au 19/7/1861 et officie comme sous commissaire chargé d'apprécier les missions chretiennes incendiées et des travaux de reconstruction. Il en revient décoré de la croix d'officier de la Légion d'Honneur et de l'ordre de Charles II d'Espagne, décorations qu'il porte sur la photo ci contre. Cerez est ensuite désigné pour commander son bataillon (le 3e) à Paris lorsque celui ci est détaché dans la Garde Impériale entre mai 1863 et début 1864.

Revenu en Algérie avec son bataillon, Cérez participe à la repression de l'insurrection de 1864 de Ben Hamza et des Ouled Sidi Cheick dans le sud algérien. Le 20 avril une colonne est formée sous les ordres du général Liebert pour maintenir les tribus hésitantes de l'ouest de la province d'Alger. A peine débarqué de France, le commandant Cérez et son bataillon sont rattachés à cette colonne qu'ils rejoignent le 29 avril à Teniet el Haad. La colonne a quelques engagements avec les kabyles, notamment le 15 juin : "l'arrière garde composée du bataillon de tirailleurs, s'engageait dans une gorge dominée des deux côtés par une série de pitons boisés et dont les pentes étaient fort escarpées, lorsqu'une masse d'indigènes, occupant le premier des trois cols par où passait le chemin suivi, s'intercalèrent dans la colonne, coupant l'arrière garde du convoi qui marchait devant sous la protection de deux compagnies. Le lieutenant Letellier délogea les kabyles de leurs positions, mais leur nombre augmentait sans cesse. A ce moment, les goumiers du Bach Aga du Djendel, revenant d'une pointe poussée sur l'ennemi et poursuivis par une nuée de fantassins, se jetèrent sur la route au milieu des tirailleurs. Le Bach Aga était blessé, un de ses hommes fut tué et un autre blessé. Profitant de ce moment de confusion, les kabyles se précipitèrent sur les tirailleurs pèle mêle avec les goums. Le moment était critique, mais grace au sang froid du commandant Cerez, l'ordre pût être rétabli, le goum partir en avant et laisser le terrain libre. (historique du régiment)".

Cérez est promu Lieutenant colonel du 2e Tirailleurs le 12/8/64. La suite de sa carrière est décrite sur une page spéciale qui lui est consacrée.

Photo Alary et Geiser (Alger)

  


    

Claude Charles Gautier

Né le 24/3/1822 à la Rochelle, c'est le fils d'un commissaire de police. Il s'engage le 27/8/1844 comme soldat au 41e régiment d'infanterie et rejoint l'Algérie un mois plus tard. Promu sergent en mai 1845, puis sergent major en mars 1846, il revient en France en novembre 1847.

Promu Sous Lieutenant le 4/6/1850, il rejoint alors le 31e régiment d'infanterie avec lequel il participe à la répression des mouvements républicains contre le coup d'Etat de Louis Napoléon.

Le 25/2/1852, Gautier est transféré au 2e régiment de Zouaves en Algérie et y est promu Lieutenant le 27/12/1854. Il sert en Crimée entre mai 1854 et décembre 1855 et se distingue en novembre 1854 à la bataille d'Inkermann où il est blessé d'une forte contusion par une balle au flanc gauche. Il est cité dans le rapport du général Bosquet pour sa conduite durant la journée. Il rejoint ensuite le régiment des Zouaves de la Garde Impériale le 1/3/1855 et reçoit l'ordre du Medjidié un mois plus tard. Revenu en France, il est nommé chevalier de la Légion d'Honneur le 30/12/1858 ("14 ans de service effectif, huit campagnes, une blessure"). C'est avec ce corps qu'il participe à la guerre d'Italie. Du 21/6/1859 au 7/12/1859, il est officier d'ordonnance du général Niol.

Le 7/12/1859, Gautier est promu Capitaine au 1er régiment de tirailleurs algériens et retourne en Algérie. En janvier 1860, il reçoit la médaille de la valeur militaire du Piémont.

Le 26 janvier 1862, il passe dans la gendarmerie, comme capitaine à la compagnie de l'Aube, puis deux mois plus tard à la Garde de Paris.

Le 24/12/1869, il est promu Chef d'escadrons à la compagnie de la haute Loire, et rejoint la 2e légion de la Garde Républicaine en juin 1871. Il est nommé officier de la Légion d'Honneur le 31/12/1872.

Retraité en mars 1880, il est mort le 4/12/1892.

Photo Maujean (Paris)


Jean Taverne

Né le 6/9/1829 à Montillon (Dordogne), il est promu Sous Lieutenant le 21/9/1854. Lors de la création des régiments de tirailleurs algériens, le Lieutenant Taverne est affecté au 1er régiment.

Au déclanchement de la campagne d'Italie, le régiment désigne un bataillon pour former le régiment de marche des tirailleurs algériens. Taverne fait partie des heureux élus et est nommé dans la 1ere compagnie du premier bataillon. Le bataillon quitte Blidah le 19/4/1859 et débarque à Gênes le 26 avril. Taverne est promu Lieutenant le 21/5/1859. Le 3 juin, le régiment est engagé à Robecchetto sur le Tessin et le bataillon forme l'avant garde du régiment. "Les tirailleurs brandissent leurs fusils qu'ils déchargent en l'air - ils doivent attaquer à la baïonnette - se ruent au pas de course dans la direction indiquée. Rien ne peut arréter leur élan vertigineux , bondissant par dessus les vignes, brisant à coups de crosse de fusil les fils de fer qu'ils rencontrent sur leur passage, poussant leur terrible cri de guerre qui va porter l'effroi dans les rangs de l'ennemi, ils vont envelopper dans un cercle de fer les Autrichiens occupant Robecchetto. [...] La première compagnie qui ouvre l'attaque découvre un chemin creux qui mène au village et s'y engage sans s'inquiéter s'ils sont suivis. Ils se trouvent subitement au bout du chemin en présence d'un bataillon ennemi qu'avec un rare sang froid et une audace inouie, ils somment de se rendre. Cette troupe qui s'est formée en carré s'apprètait sur cette injonction à déposer les armes quand son officier ordonne à une des faces du carré de faire feu. Le capitaine commandant la compagnie est tué." Cependant, rien n'arrète l'élan des tirailleurs qui culbutent les Autrichiens et les rejettent hors du village. Le lendemain 4 juin, le régiment est engagé à Magenta, prend la gare et contribue puissamment à la victoire. Enfin, à Solférino, le bataillon combat sur la position de Mont Fontana qu'il emporte au prix de lourdes pertes. Au total, la campagne d'Italie coûte au bataillon 1/5 de son effectif. Taverne a traversé la campagne sans une égratignure.

En octobre 1860, le régiment désigne un bataillon pour participer à l'expédition de Cochinchine. Taverne en fait partie et embarque à Alger le 15/10/1861 pour débarquer à Saïgon le 31/1/1862. Sa compagnie participe au siège de Vinh Long. Nommé à la tête de la compagnie, il la conduit dans de nombreuses opérations contre les pirates et il reçoit en juin 1863 la croix d'Isabelle la Catholique. Il rentre en Algérie en janvier 1864 et reçoit la croix de chevalier de la Légion d'Honneur le 14/3/1864.

Promu Capitaine le 17/7/1867, Taverne est envoyé en juin 1870 à Paris avec son bataillon (le second) désigné pour tenir garnison avec la Garde Impériale. La guerre de 1870 trouve son bataillon déjà en France. Il participe à la bataille de Wissembourg dont il sort indemne en dépit des loures pertes du régiment (500 tués). A Froeschwiller, il est tenu tout d'abord en réserve, mais doit se sacrifier pour couvrir la retraite. Malgré les pertes du jour (700 hommes) Taverne ne figure pas parmi les blessés.

Après la guerre, il sert au 107e régiment d'infanterie, puis après sa promotion comme Chef de bataillon, au 21e régiment d'infanterie. Il est mort le 15/1/1880.

Photo Pinot (Versailles)

    


   

Théodore Emmanuel Panier des Touche

Né le 9/1/1819 à Versailles, fils d'un officier de cavalerie, il s'engage au 1837 au 27e régiment de ligne et y gravit laborieusement les grades de sous officier. Nommé  Sergent major en septembre 1840, il rejoint un mois plus tard le 2e bataillon de chasseurs à pied où il est cassé de son grade et remis chasseur en octobre 1841.
Le 2/7/1842, Panier de Touche passe au régiment des Zouaves et rejoint l'Algérie où il va rester sans interruption durant douze ans. Nommé caporal en janvier 1843, il rejoint la bataillon des chasseurs indigènes d'Alger et y retrouve ses galons de sergent.

Le 1/3/1847, la carrière militaire semble sourire à notre homme, car il est enfin promu officier, Sous Lieutenant le 1/3/1847, au bataillon des chasseurs indigènes de Constantine.

Lieutenant le 27/2/1850, il est blessé d'un coup de feu à l'aine le 13/5/1851 lors de la campagne de Kabylie, aux Ouled Aïcha. Il est fait chevalier de la Légion d'Honneur le 10/12/1851.

Promu Capitaine le 7/2/1854 il est nommé au régiment de tirailleurs algériens, mis sur pied pour la campagne d'Orient et embarque le 10/4/1854 pour La Turquie, puis fait la campagne de Crimée. C'est sur ce terrain que les tirailleurs algériens s'illustrent pour la première fois en dehors de l'Algérie et participent à toutes les péripéties de la campagne, s'y distinguant à de nombreuses reprises. Le 7/11/1855, quelques jours avant son retour, il passe au 1er régiment de tirailleurs d'Alger. Durant la campagne, il reçoit le 5e classe du Medjidié, la valeur militaire de Sardaigne et la médaille britannique de Crimée. Il passe encore huit années en Algérie et reste en Afrique durant la campagne d'Italie.

Panier des Touche est promu Major le 14/3/1863 au 34e régiment d'infanterie de ligne et fait officier de la Légion d'Honneur le 17/10/1867.

Quelques semaines après la déclaration de guerre, il est promu Lieutenant Colonel (le 27/8/1870) et mis à la tête du 16e régiment de marche, devenu deux mois plus tard le 116e régiment d'infanterie, avec lequel il fait le siège de Paris. Le régiment subit des pertes importantes le 30/11/1870 au combat de Montmesly vers Créteil, puis au combat de Villiers le 2/12. Il est promu Colonel le 8/12/1870. Après la capitulation, il reste à la tête du régiment, redevenu le 16e RI et il le conduit lors du second siège de Paris, cette fois contre la Commune de Paris. Après la guerre, il reste à la tête de son régiment et y est nommé Commandeur de la Légion d'Honneur le 6/2/1877.

Retraité en avril 1879, il est mort en octobre 1883.

Photo Ferdinand (Alger)


Ernest Roger Théodore Toustain du Manoir

Né le 26/4/1836 à Alger, fils d'un officier supérieur d'infanterie. Elève de Saint Cyr, il est nommé Sous Lieutenant le 1/10/1857 au 30e régiment d'infanterie. Il fait la campagne d'Italie avec ce régiment au sein du corps d'armée du général Niel et est blessé lors de la bataille de Solférino (24/6/1859) d'un coup de feu à la partie supérieure de la cuisse droite. Il recoit la valeur militaire de Sardaigne.

En novembre 1859, il rejoint le 1er régiment de tirailleurs algériens. Il y est promu Lieutenant le 8/9/1861, puis Capitaine le 6/3/1869. Lors de la guerre de 1870, il commande la 6e compagnie du 1er bataillon. Le régiment est engagé lors de la bataille de Wissembourg durant laquelle il perd environ 500 turcos. Deux jours plus tard, le reste de la troupe est de nouveau décimée lors de la bataille de Froeschwiller (700 hommes hors de combat). Du Manoir échappe indemne presque par miracle aux deux engagements. Le calvaire du régiment n'est pas terminé : reconstitué au camp de Chalons, il participe à la campagne dans les Ardennes. Le 1/9/1870, le régiment capitule à Sedan, il n'a plus que 300 turcos sous les armes.
Fait chevalier de la Légion d'Honneur le 28/8/1870, du Manoir et fait prisonnier le 2/9/1870, mais il réussit à s'évader le 11 et rejoint Paris. Il est alors mis à la tête d'une compagnie formée de turcos blessés de la bataille du 6 aout et est rattaché au régiment des zouaves de marche. Il sera engagé dans les combats du siège de Paris.

Après la guerre, du Manoir retourne quelques temps avec son régiment en Algérie. Mais en 1874, il demissionne et obtient de s'établir en Turquie. Il y débute là bas une seconde carrière militaire, cette fois dans l'armée ottomane. Il commande ainsi quelque temps les milices de Roumélie. 

Il est mort le 22/2/1904 à Constantinolple, général de division de l'armée ottomane.

Photo Nadar (Paris)

   


Alexandre Victor Davau

Né le 26/6/1827 au Havre. Engagé volontaire en juin 1845, il rejoint le 4e régiment d'infanterie de ligne et il y gravit progressivement les grades de sous officier, jusqu'à sa promotion comme Sous Lieutenant adjoint au trésorier le 28/8/1852.

Le 26/12/1853, il est muté au 12e bataillon de chasseurs, où il est promu Lieutenant trésorier en aout 1855.

Le 10/8/1858, il rejoint le 1er bataillon d'infanterie légère d'Afrique et débute ses longues années en Algérie. Promu Capitaine le 21/7/1862, il passe au 2e bataillon d'infanterie légère d'Afrique. Le 28/2/1864, il est envoyé au Mexique où il sert jusqu'en avril 1867. Il est cité à l'ordre du corps expéditionnaire le 2/11/1864 pour son action au combat d'Oméalca, puis une nouvelle fois le 31/12/1866 pour avoir conduit avec beaucoup de vigueur l'attaque principale au combat de Chalco. Il est nommé chevalier de la Légion d'Honneur le 30/12/1864. Revenu en Algérie, il ne participe pas aux opérations de la guerre de 1870.

Le 4/3/1872, il est promu Chef de bataillon au 67e régiment d'infanterie, mais souhaitant demeurer en Algérie, il est nommé le 30 avril de la même année Major au 1er régiment de tirailleurs algériens. C'est probablement peu après cette nomination qu'il se fait photographier à Alger par le célèbre Geiser. Il porte sa légion d'Honneur du modèle impérial, et le 4e galon argenté qui signale ses fonctions de major, responsable de l'administration du régiment.

Il est admis à la pension de retraite le 24/2/1875. Il est mort le 26/1/1889.

Photo Geiser (Alger)


Léon Armand Edouard Poupelier

Né à Trévoux le 9/9/1839, il est Saint Cyrien et est nommé Sous Lieutenant le 1/10/1866 au 99e régiment d'infanterie.

Il entre dans les affaires Arabes quelques semaines après sa promotion comme Lieutenant le 13/4/1867 et est affecté à Ténés, Djelfa, puis Cherchell où il est nommé chef de bureau.

Rappatrié en France durant la guerre, il est nommé Capitaine le 12/1/1871. Après la guerre, il revient en Algérie dans les bureaux arabes, tous en étant affecté administrativement au 1er régiment de tirailleurs algériens, dont il porte ci contre l'uniforme en 1878. En 1881, il participe à la campagne de Tunisie et y exerce les fonctions de commandant supérieur. Il reçoit la croix de la Légion d'Honneur en 1880, et en 1884, il est nommé chef de bureau à Oran.

Promu Chef de bataillon le 5/9/1884 au 55e régiment d'infanterie et quitte l'Algérie. Il passe alors dans le service du recrutement, commande le bureau de Constantine, puis celui d'Ajaccio jusqu'en 1893, date de son décès.

Photo Geiser (Alger)


  

Alphonse Ferdinand Chaumont

Né le 30/12/1848 à Robert Espagne dans la Meuse. Il est engagé volontaire le 12/8/1870 pour la durée de la guerre et est incorporé au 29e régiment de ligne. Il passe au 8e régiment de marche  le 18/8/1870 et est nommé caporal. Le régiment est redénommé 108e régiment d'infanterie, lorsque Chaumont devient titulaire de la légion d'Honneur, reçue durant les opérations de la guerre, le 18/12/1870. Cette distinction est assez rare pour ce grade et témoigne d'un acte de courage qui a dû le signaler particulièrement. Il a en effet été blessé le 2/12/1870 par une balle à l'omoplate droite au combat de petit Brie lors du siège de Paris. Il est alors nommé sergent.
A la fin de la guerre, il souscrit un nouvel engagement et passe au 1er régiment de tirailleurs algériens en 1872. Il en redevient sous officier et figure à gauche en sergent major (grade où il a été nommé le 1/6/1872).

Chaumont est nommé Sous lieutenant le 15/11/1874. En 1875, lorsque est pris ce joli portrait en gros plan à droite, le jeune sous lieutenant arbore fièrement sa décoration.

Il quitte les tirailleurs assez rapidement, puisqu'en 1879, on le retrouve au 42e régiment d'infanterie à Belfort. Il continue alors une carrière metropolitaine, nommé Lieutenant le 13/5/1881, puis Capitaine le 30/11/1887 au 144e régiment d'infanterie à Bordeaux.

Il termine sa carrière militaire au tout début du 20e siècle et meurt en juillet 1906

Photos Berthommier (Alger)

  


   

Georges Jean Gabriel Eugène Balan

Né le 13/11/1847 à Orléans, il fait l'école de Saint Cyr (promotion de Vénétie 1865-1867) et à sa sortie est nommé Sous lieutenant au 7e bataillon de chasseurs à pied.

Durant la guerre de 1870, il est blessé durant la bataille de Borny. Echappant à la capture de Metz, il est muté au 8e bataillon, mais sa blessure l'empêche de participer à la suite des opérations de guerre. Il termine la guerre comme chevalier de la Légion d'Honneur.

Promu Lieutenant, puis Capitaine, il sert aux chasseurs à pied en Algérie, puis est muté au 1er régiment de tirailleurs algériens. En 1885, il est nommé Chef de bataillon et part au Tonkin. Il est ici photographié à Hanoï, portant la tenue modèle 1884 et les aiguillettes d'état major. En effet, à cette date, il sert "hors cadre" et organise la création du 1er bataillon de tirailleurs anammites. Retourné en Algérie, en aout 1886, il suit les cours de l'école de guerre et est nommé breveté d'état major. Il sert aux tirailleurs algériens jusqu'en 1891.

Il finira sa carrière comme Général de brigade, avant de mourir, des suite d'une hémorragie cérébrale en 1905.
Une page spéciale est consacrée à sa carrière

Photo Yu Hing Tchon (Hanoï)

Les colonels du régiment


Retour